Covid long : le KCE recommande un bilan interdisciplinaire pour une meilleure prise en charge

Comment mieux prendre en charge en Belgique les patients atteints de "Covid long"? C’est l’objet d’une étude publiée ce mardi par le Centre fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE). Cela concerne une personne sur sept qui, six mois après avoir été infectée par le coronavirus, en présente encore l’un ou l’autre symptôme. Si c’est plus fréquent entre 35 et 69 ans, toutes les catégories d’âge sont concernées, y compris parmi des patients qui n’ont pas été hospitalisés.

Qu’est-ce que le "Covid long" et comment apparaît-il ?

On parle de Covid long pour des patients qui mettent très longtemps à guérir et présentent pendant une très longue période des symptômes variés : fatigue anormale, essoufflement inhabituel, parfois accompagné de difficultés à se concentrer ou de problèmes de mémoire. Même des personnes autrefois très sportives peuvent en être atteintes. L’OMS en a récemment donné une définition clinique, en le nommant "post Covid-19". La commission Santé de la Chambre a approuvé une résolution demandant au gouvernement de reconnaître le Covid de longue durée. Les personnes qui accumulent des frais médicaux en raison de problèmes permanents causés par une infection au Covid seront protégées selon le système du Maximum à facturer, a annoncé le ministre de Santé.

Pourquoi certains patients présentent un Covid long ?

Cette question est étudiée par plusieurs équipes de chercheurs dans le monde. La réponse réside vraisemblablement dans une combinaison de raisons : dommages causés à certains organes (poumons, cœur, rein…) lors de l’infection, réactions anormales en réponse à l’infection, exacerbation de maladies préexistantes (maladie cardiaque, diabète) ou encore conséquences d’une longue hospitalisation.


►►► À lire aussi : "J’ai 47 ans mais j’ai l’impression d’en avoir 77"


Afin de mieux cerner les besoins des patients atteints de Covid long, le KCE a interrogé 1320 d’entre eux. Après analyse des résultats de cette enquête, le KCE demande de mettre en place un "bilan interdisciplinaire" qui serait établi par les médecins spécialistes concernés, les kinés, les psychologues et les travailleurs sociaux, en concertation avec le médecin généraliste du patient. Cela permettrait d’évaluer précisément ses besoins et cela faciliterait leur prise en charge. Ce bilan interdisciplinaire pourrait être fait dans des centres spécialisés, mais les traitements devraient être dispensés en première ligne.

Les patients atteints de Covid long ont souvent des problèmes financiers : les dépenses médicales augmentent alors que revenus diminuent. De plus, le système de soins belge prévoit qu’un traitement ne peut être remboursé que s’il a prouvé son efficacité. Or le Covid long n’est pas encore très connu et on ignore encore quels sont les traitements qui sont efficaces. En attendant, le KCE recommande d’accorder un remboursement temporaire pour certains soins tels que la revalidation multidisciplinaire (généraliste avec kiné ou psychologue par exemple), ou la revalidation neurocognitive. Par ailleurs, il propose une meilleure information des médecins concernant les possibilités de prescrire dans le domaine de la revalidation.


►►► À lire aussi : Coronavirus : des symptômes à n’en plus finir pour certains patients, des mois après


Pour Anne-Sophie Spiette, qui représente une association de patients atteints du Covid long, ces recommandations vont dans le bon sens. "Je retrouve tout ce qu’on a demandé et qu’on réclame depuis plus d’un an. C’est un soulagement, si c’est réellement suivi, cela va enfin bouger, j’espère. Une approche globale avec une évaluation fonctionnelle faite par plusieurs spécialistes différents dans un centre, c’est vraiment ce qu’on demandait pour la prise en charge de base. En fonction de ce bilan, on serait renvoyé vers un centre de soins adaptés, pas spécialement à l’hôpital. Une prise en charge globale permet de ne pas passer à côté de certaines choses. Auparavant le problème est qu’il fallait presque faire soi-même son propre parcours de soins. Ce n’est pas au patient de faire son propre diagnostic, on n’est pas équipé pour".

Covid long: Déclic du 30/09/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK