Covid-19 : voici pourquoi toutes les femmes enceintes devraient se faire vacciner

C’est un chiffre qui interpelle, mis en avant par le "National Childbirth Trust" en Angleterre : selon les chiffres officiels donnés par l’Institut de Santé Publique, entre le 1er juillet et le 30 septembre, 17% des patients recevant un traitement par appareil de pontage pulmonaire ECMO étaient des femmes enceintes non vaccinées.

Si l’on envisage la catégorie de toutes les femmes âgées de 16 à 49 ans en soins intensifs sous oxygénation, on passe même à 32% de futures mères qui n’ont pas encore reçu de dose de vaccin, alors que le pourcentage n’était que de 6% lors de la première vague.

Qu’est-ce qui explique cette augmentation ?

  • Au tout début de la campagne de vaccination, il y a eu une certaine méfiance par rapport à la vaccination des femmes enceintes, à cause d’effets secondaires très rares et très isolés, tels qu’on en a observé dans le reste de la population. A ce moment, les instituts de santé publique hésitaient à recommander la vaccination tant qu’on n’avait pas d’étude plus complète.
  • Désormais, on a ces études, et la balance bénéfices/risques plaide très fortement en faveur de la vaccination des futures mères, même plus que pour d’autres catégories : dans de nombreux pays, les femmes enceintes sont ainsi désormais incluses dans les catégories "à risque", à privilégier pour la vaccination.
  • On a l’impression aujourd’hui que le virus circule moins que l’an dernier, en raison des barrières offertes par la campagne de vaccination. Mais c’est oublier que le variant delta est plus contagieux, et que sans protection par des anticorps, on a au contraire plus de risques d’être contaminé. Il se fait que vu les hésitations du début, un certain nombre de femmes enceintes ont eu des réticences compréhensibles à se faire vacciner, plus que parmi d’autres catégories de la population. Elles sont donc plus nombreuses à entrer dans ce groupe de "personnes non-vaccinées", et donc plus susceptibles de développer une forme à risque.
  • Selon les études, le fait d’être enceinte est un facteur aggravant de développer une forme à risque du Covid, tout comme pour l’hypertension ou l’obésité par exemple.

Des études montrent les effets bénéfiques de la vaccination

Le NHS England pousse donc à la vaccination des femmes enceintes qui n’auraient pas encore franchi le pas. Le service a déclaré que les données de plus de 100.000 vaccinations Covid pendant la grossesse en Angleterre et en Écosse, et 160.000 autres aux États-Unis, montrent qu’il n’y a eu aucun dommage ultérieur pour le fœtus ou le nourrisson.

Une étude de l’université d’Oxford portant sur plus de 2100 femmes enceintes dans 18 pays à travers le monde a même révélé que le COVID-19 pouvait être associé à un risque plus élevé de complications maternelles et néonatales graves qu’on ne le pensait : les femmes atteintes de COVID-19 pendant la grossesse étaient plus de 50% plus susceptibles de subir des complications de grossesse, et les nouveau-nés de femmes infectées étaient également près de trois fois plus à risque de complications médicales graves, principalement en raison d’une naissance prématurée (un risque présent aussi avec d’autres maladies que le Covid).

"Aucun lien entre (...) le vaccin et un risque accru de fausse couche"

Le National Childbirth Trust (NCT), sorte d’équivalent de l’ONE au Royaum-Uni a commenté que les statistiques sont un "acte d’accusation accablant du manque d’attention accordé à ce groupe vulnérable alors que les restrictions se sont assouplies".

Le Dr Edward Morris, président du Collège royal des obstétriciens et gynécologues, a déclaré que le nombre "disproportionné" de femmes enceintes non vaccinées en soins intensifs montre qu’il existe un "risque important de maladie grave de Covid-19 pendant la grossesse", et appelle de toute urgence toutes les femmes enceintes à se faire vacciner. "Nous comprenons les inquiétudes des femmes concernant le vaccin pendant la grossesse, et nous voulons rassurer les femmes qu’il n’y a aucun lien entre le fait de recevoir le vaccin et un risque accru de fausse couche, de naissance prématurée ou de mortinatalité."

De nombreuses femmes positives au Covid aux soins intensifs

En Belgique, le nombre de décès de femmes enceintes lié au Covid reste heureusement très faible, mais les hôpitaux rapportent un nombre important de ces mères dans les services de soins intensifs.

Depuis l’arrivée du variant Delta, ce nombre aurait augmenté, au point qu’An Vercoutere, gynécologue obstétricienne à l’hôpital Erasme, déclarait récemment à nos confrères d’RTL qu'"il n’y a pas une semaine qui passe sans qu’une femme enceinte soit aux soins intensifs ou en unité covid".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK