Covid-19 : les associations d'archivistes belges compilent les témoignages

Covid-19 : les associations d'archivistes belges compilent les témoignages
3 images
Covid-19 : les associations d'archivistes belges compilent les témoignages - © Tous droits réservés

La période que nous vivons tous nous semble interminable. A l’échelle du Temps, elle ne représentera pourtant qu’une fraction de l’Humanité, pour les générations futures. La première chose qu’on enseigne dans le cadre des cours d’histoire, c’est la raison de la nécessité de cet enseignement. Comprendre, apprendre ce qui s’est passé afin de ne pas commettre des erreurs qui auraient pu être évitable "si on avait su". C’est dans cette optique que l’Association des Archivistes Belges Francophones associée à sa sœur flamande lance un appel aux témoignages. Car cette époque que nous vivons, ce confinement mondial, est historique. Cette privation de libertés, seuls peut-être les peuples occupés en temps de guerre l’on connue. Notre ennemi est sournois et invisible. Ce ne sont pas des hommes en armes qui nous menacent si nous ne respectons pas cette privation de nos allers et venues, mais un mal aigus et mortel qui en a déjà frappé trop.

Vous et vos enfants vivez une période historique

Quel souvenir garderont de ce confinement les enfants qui ont aujourd’hui trois, quatre, cinq, six ans ? Rien d’autre que ce que leurs parents leur raconteront. A l’instar des grands-parents qui racontèrent à leurs enfants puis à leurs petits-enfants leurs souvenirs de la guerre. A l’instar des adultes d’aujourd’hui qui se souviennent de ce qu’ils faisaient et où ils se trouvaient le 11 septembre 2001, quand deux avions se jetèrent sur les tours jumelles de New-York.

Dans un autre registre, la période que nous vivons est historique. Elle fera partie des choses vécues qui se racontent aux générations suivantes. Des traumatismes qui frappent et laissent des empreintes. Des traumatismes dont il faudra tirer les enseignements et transmettre le souvenir.

L’Histoire n’est pas faite que de sombres moments

Ces témoignages que sollicitent les associations francophone et flamande d’archivistes aujourd’hui visent tous les aspects de la période exceptionnelle – espérons pour longtemps – de ce Covid-19. Une crise dramatique avec des familles endeuillées par la perte de proches. Ces adieux sans cérémonies, ces aurevoirs immatériels et plus douloureux encore. Derrière ces familles, comme jamais, la société communique sa proximité, son empathie. Une proximité paradoxalement distante. Une proximité qui, heureusement, peut s’exprimer grâce aux moyens technologiques disponibles.

Mais la crise est aussi faite d’expériences inédites. Des familles qui se retrouvent soudain contraintes à être ensemble. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Maman, Papa, les enfants… Les uns sur les autres… Avec les plus et les moins. Les partages de bons et de moins bons moments. Tous ces moments sont exceptionnels et inédits. Ils resteront dans les mémoires. Ils alimenteront LA mémoire, grâce à l’initiative et le travail des archivistes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK