Covid-19 : faux négatifs, les tests PCR sont-ils fiables ?

Covid-19 : les tests PCR sont-ils vraiment fiables ?
Covid-19 : les tests PCR sont-ils vraiment fiables ? - © LUIS ACOSTA - AFP

On parle des tests PCR pour détecter le COVID-19 depuis des semaines. Ils étaient attendus avec impatience notamment dans les maisons de repos. Ils sont enfin là, mais sont-ils réellement fiables ? Plusieurs cas de faux négatifs ont été détectés, autrement dit des personnes contaminées ont reçu un test sans trace du virus. Comment expliquer ces ratés ?

Cette semaine, les maisons de repos ont reçu leurs kits de test. Il s’agit d’un frottis à réaliser dans le nez du personnel. D’abord, une chose certaine. Dans les cas des tests positifs, le taux de fiabilité est de 98%. Cela signifie que si une personne est testée positive, il est quasiment certain qu’elle est bien contaminée.

Quid des tests négatifs ?

Ce taux de fiabilité chute, par contre, lorsqu'il s'agit des tests négatifs. En France, les statistiques parlent de 60 à 70% de fiabilité. Il y a donc une chance sur trois pour qu’un patient réellement contaminé rentre chez lui avec un test négatif, l’esprit tranquille.

Ce résultat mitigé peut s’expliquer par plusieurs facteurs. D’une part, la quantité de virus présente au moment du frottis. Emmanuel André, le porte-parole intérfédéral du COVID-19, précise : "Des personnes qui sont infectées peuvent avoir très peu de virus au niveau du nez, mais beaucoup au niveau des poumons. Le test va être négatif ou très faiblement positif alors que l’infection peut être très sévère".

D’autre part, le timing du test est très important. Il faut réaliser le test au moment où le virus est présent chez le patient. Or cette présence est transitoire. "Le virus est présent au moment de l’apparition des symptômes. Avant ça, on peut être infecté, mais toujours dans la période d’incubation où le virus n’est pas encore détectable", analyse Emmanuel André.

Et si le test PCR est réalisé après l’infection, le virus ne sera probablement pas détecté non plus car il est éliminé naturellement par le système immunitaire.

D'autres tests

Il existe d'autres méthodes pour compléter et préciser un diagnostic. En hôpital, un scanner des poumons peut être réalisé. "On sait réagir même quand le test PCR est négatif", complète Emmanuel André. Cette méthode ne se fait que sur des patients déjà hospitalisés. Il n'est donc pas possible de la généraliser à plus large échelle.