Covid-19 : 78 touristes belges contaminés en croisière portent plainte contre un voyagiste

 

Ce devait être une croisière de rêve. Les touristes avaient embarqué le 7 mars à bord du paquebot Costa Favolosa, pour un périple de huit jours dans les Caraïbes. 300 personnes étaient à bord, dont 78 Belges. Quelques jours après le départ, les premiers cas de Covid-19 étaient diagnostiqués parmi les occupants du bateau. Depuis leur retour en Belgique, 4 des 78 voyageurs belges sont décédés du Covid-19. Plusieurs autres sont toujours à l’hôpital. Pour ces 78 touristes ou leurs proches, l’agence de voyages où le voyage a été réservé est responsable. Elle n’aurait pas dû les laisser partir.
 

Les 78 compatriotes ont déposé une plainte commune contre l’agence de voyages " De Blauwe Vogel ", à Saint-Trond, rapporte Het Laatste Nieuws vendredi. Les passagers du Costa Favolosa sont furieux. "Cette croisière n’aurait jamais dû avoir lieu", déclare Kevin Roosemont, qui a décidé de centraliser toutes les plaintes via un avocat. Une mise en demeure doit être lancée ce vendredi. "Nous demandons un remboursement complet du voyage et des éventuels frais médicaux.", a-t-il expliqué.

 

Le 7 mars, lorsque les voyageurs sont partis, il y avait déjà une centaine de cas de contamination au Covid-19 en Belgique. Voyant à quel point le virus faisait déjà des ravages dans d’autres pays, comme l’Italie, voyant aussi que des navires de croisières, comme le Diamond Princess connaissaient déjà des problèmes de contamination, les clients de l’agence de voyages s’étaient interrogés sur la faisabilité de leur voyage. L’agence de voyages de Saint-Trond leur avait alors répondu qu’il n’était pas nécessaire d’annuler. A leur arrivée sur le bateau, les vacanciers apprenaient qu’une partie des excursions seraient annulées à cause du Coronavirus. Les 78 plaignants reprochent donc à l’agence de les avoir laissés partir. Elle devait savoir que le voyage ne se déroulerait pas comme prévu et avertir ses clients.

 

De son côté, l’agent de voyages se défend.

 

Le responsable de l’agence de voyages trudonaire réfute les accusations : " Je comprends que ces personnes ne sont pas satisfaites de la tournure du voyage et qu’elles cherchent un coupable. Mais nous ne sommes pas responsables. Nous n’y pouvons rien si des excursions ont été annulées et si des informations erronées ont circulé. Elles doivent se tourner vers Costa", réagit Trudo Callier, le directeur. Selon lui, "Le 7 mars, il n’y avait pas encore d’avis de voyage négatif et donc aucune raison à ce moment-là de ne pas laisser partir la croisière."

 

Ce n’est pas l’avis de l’avocate qui accompagne les 78 plaignants. Selon elle, dans cette affaire, les intérêts économiques l'on emporté sur la santé

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK