Cours de français en Flandre: les profs se font corriger par les élèves

La crainte des professeurs de français en Flandre: être confrontés à des élèves bilingues.
La crainte des professeurs de français en Flandre: être confrontés à des élèves bilingues. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

En Flandre, l'inspection de l'enseignement primaire est embarrassée, annoncent De Standaard et Het Nieuwsblad : un tiers des instituteurs n'a pas une connaissance suffisante du français. Or ils doivent l'enseigner en 5e et 6e primaire.

Les inspecteurs de l'enseignement flamand ont suivi les leçons de français dans 195 classes de primaire. Des leçons où les erreurs -notamment de genre- sont fréquentes. Ils ont ensuite mené une enquête auprès des professeurs de français.

Là, ils ont dû se frotter les yeux ou les oreilles. Un instituteur sur trois dit ne pas oser parler français en classe, de peur de se faire corriger par des élèves bilingues. C'est le cas dans des villes comme Bruxelles ou Anvers. Les instituteurs commencent leur leçon dans la langue de Voltaire, mais retournent très vite vers le néerlandais. Pour se protéger, les professeurs s'accrochent aux livres et à l'écrit, en supprimant toute communication orale. Avec pour conséquence que les élèves ne font plus d'efforts.

Un problème de formation

Les inspecteurs se doutaient un peu de ce qu'ils allaient trouver. Le bât blesserait lors de la formation des enseignants. De nombreux étudiants pointent comme écueil principal l'étude du français.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK