Courchevel: 20.000 m³ de neige stockés jusqu'à l'hiver prochain grâce au "snowfarming"

Courchevel s'essaye au "snowfarming" pour conserver de la neige en vue de l'hiver prochain
Courchevel s'essaye au "snowfarming" pour conserver de la neige en vue de l'hiver prochain - © France Info

Conserver de la neige, pour l’utiliser plus tard. L’idée semble étonnante à l’approche de l’été mais c’est le défi que s’est lancé Courchevel. Une information développée par nos collègues de France Info.

La célèbre station de sports d’hiver française va stocker 20.000 m³ de son or blanc en vue de l’organisation d’épreuves de la coupe du monde en décembre prochain.

L’initiative fait suite à une demande de la Fédération internationale de ski qui a demandé à tous les organisateurs d’épreuves de sécuriser autant que possible la tenue des compétitions prévues l’hiver prochain. Cet hiver a été abondant en neige contrairement aux deux années précédentes, cela permet donc de faire du stock.

Et c’est pour éviter les mauvaises surprises des années passées que Courchevel s’est tournée vers le "snowfarming", une technique très en vogue en Scandinavie.

C’est quoi le “snowfarming” ?

Pour conserver la neige, tombée en abondance cet hiver, les équipes de la station ont utilisé des plaques de polystyrène directement fixées dans la neige. Ces plaques ont ensuite été recouvertes d'une bâche. L'opération a duré trois jours pour mettre au frais 20 000 m³. Les responsables du site estiment pouvoir en conserver 15 000 m³, soit les trois quarts. 

Ce "snowfarming", déjà utilisé dans les pays slaves et scandinaves, permet de conserver de la neige en fin de saison pour la réutiliser l'hiver suivant. Une technique que la station de Courchevel, en Savoie, a décidé de tester pour la première fois cette année.

L'enjeu est de taille pour la station, qui accueille la coupe du monde féminine de ski alpin en décembre prochain. "On sait que les mois de décembre ne sont pas garantis en termes d'enneigement", explique Sébastien Mérignargues, directeur de Courchevel Tourisme.

"C'est aussi une demande de la FIS, la Fédération internationale de ski, qui souhaite que l'on fasse du snowfarming quand on le peut plutôt que de produire sans cesse", poursuit-il. 

Alors cela permettra-t-il de protéger l'or blanc des assauts de l'été ? Réponse en décembre prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK