Cour d'assises de Bruxelles : Bouchra Farih acquittée !

Cour d'assises de Bruxelles : Bouchra Farih acquittée !
Cour d'assises de Bruxelles : Bouchra Farih acquittée ! - © THIERRY ROGE - BELGA

Le jury de la cour d’assises de Bruxelles a décidé d'acquitter Bouchra Farih. La jeune femme de 20 ans était poursuivie pour l’assassinat de son jeune frère de 4 ans. Des marques sur le corps de l’enfant laissaient penser qu’il avait été étranglé.

Il est 21h20 quand le verdict tombe. Le président de la cour d'assises, Michel De Grève lit le jugement : "Le jury a considéré qu’il n’était pas établi à suffisance de droit que vous étiez la personne qui a causé la mort de votre petit frère, j’espère que vous serez en paix avec votre conscience ".

Un décès suspect

Les faits remontent au 15 juillet 2015. La jeune fille, alors âgée de 17 ans, doit rester au domicile familial de Berchem-Sainte-Agathe pour surveiller son petit frère. Vers 16h, elle appelle une voisine après avoir retrouvé le corps inerte de Soufiane, son petit frère.

La justice considère la mort comme étant suspecte. Une enquête est ouverte. Des marques de strangulation sont retrouvées autour du cou de l'enfant. L'adolescente change plusieurs fois de versions, les soupçons se tournent alors vers elle. Le motif de son geste ? Elle aurait été en colère contre son frère. À cause de lui, elle n'aurait pas pu rejoindre son petit ami avec qui elle entretenait une relation passionnelle. Autre raison invoquée : Soufiane l’aurait menacée de révéler sa relation à ses parents.

Rebondissement

Mercredi, un élément vient tout remettre en question. Le médecin urgentiste qui a tenté de réanimer l'enfant apporte un nouvel éclairage au dossier. Il a posé un masque respiratoire sur le visage de l'enfant, un masque relié par un cordon qui a laissé un sillon laissant penser à une trace d'étranglement.

Ce cordon a été analysé par le médecin légiste Philippe Boxho. Sa taille correspond à la marque laissée dans le cou de Soufiane.

L’avocat général, Stéphane Lempereur, a décidé de ne pas développer le réquisitoire qu’il avait préparé par faute de preuve formelle. Le jury a délibéré pendant 5 heures pour arriver à l’acquittement. À la lecture du jugement, le juge Michel De Grève a tout de même préciser une chose : " Comme vous l'avez entendu, ce n'est pas un acquittement pur et simple ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK