Cour d'appel: 15 ans de prison requis à l'encontre de Khaled Zerkani

Le procureur fédéral Bernard Michel a requis une peine de quinze ans de prison à l'encontre de Khaled Zerkani, jeudi, devant la cour d'appel de Bruxelles. "Il est le plus grand recruteur de candidats au djihad qu'on ait connu en Belgique", a dit le procureur. En première instance, ce prédicateur musulman bruxellois avait écopé d'une peine de douze ans de prison pour avoir recruté et envoyé en Syrie de nombreux jeunes. Parmi ceux-ci figuraient Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh, deux hommes impliqués dans les attentats de Paris.

Le procureur fédéral a requis une peine de quinze ans de prison à l'encontre de Khaled Zerkani mais aussi une peine de dix à quinze ans de prison à l'encontre de Fatima Aberkane.

"Monsieur Zerkani a perverti toute une jeunesse, particulièrement celle du quartier maritime de Molenbeek-Saint-Jean, comme l'a souligné le premier juge dans son jugement rendu en juillet dernier", a exposé le procureur.

"Il est le plus grand recruteur de candidats au djihad qu'on ait connu en Belgique. Et il a également eu un rôle important au niveau international, dans l'aide logistique apportée aux candidats au djihad. Il apparaît d'ailleurs clairement d'un SMS qu'il avait des contacts avec des membres de l'Etat Islamique (EI) directement", a poursuivi Bernard Michel.

"Il était actif dans le recrutement, dans l'aide logistique et financière et, encore en prison, il a exhorté de nombreux détenus à s'engager dans la lutte djihadiste, notamment en criant des "Allah akbar" lorsqu'il passait dans les couloirs proches des cellules", a-t-il dit.

"Madame Fatima Aberkane a elle aussi contaminé tout son entourage familial, en priorité ses sept enfants. Même après avoir été interpellée, elle a continué à faire l'apologie du djihad sur Facebook. Encore aujourd'hui, elle apporte des bouquins sur le djihad à son fils Soufiane Alilou en prison", a avancé le procureur.

"Elle prône un Islam radical et salafiste"

Ce dernier a ensuite requis une peine de trente mois de prison à l'encontre de la sœur de Fatima Aberkane, Naïma, et une peine d'au moins trois ans de prison à l'encontre de Maria Grillo.

"Naïma Aberkane ne cache pas qu'elle prône un Islam radical et salafiste. Il apparaît qu'elle a versé de l'argent à sa soeur et à ses neveux alors qu'elle connaissait leurs projets de partir faire le djihad en Syrie", a exposé Bernard Michel.

Quant à Maria Grillo, le procureur a affirmé qu'il ne croyait pas à sa version selon laquelle elle avait été emmenée de force en Syrie par son mari. Celle-ci avait été arrêtée à nouveau, en janvier dernier, suspectée d'avoir tenté de rejoindre la Syrie avec ses filles et ses petites-filles.

Ces quatre personnes sont prévenues pour participation aux activités d'un groupe qualifié de terroriste, en tant que dirigeantes pour les deux premières et en tant que membres pour les deux autres.

En première instance, ce sont trente-deux personnes qui avaient été condamnées dans ce dossier. Parmi celles-ci figuraient deux futurs auteurs des attentats de Paris de novembre dernier, Chakib Akrouh et Abdelhamid Abaaoud.

Lors du procès, en mai et juin derniers, les deux hommes étaient alors recherchés. Selon l'enquête, ils avaient été recrutés par Khalid Zerkani, comme de nombreux autres présumés candidats djihadistes.

Ainsi, le tribunal correctionnel de Bruxelles les avait condamnés par défaut, Chakib Akrouh à cinq ans de prison et Abdelhamid Abaaoud à vingt ans de prison. Lors de ce procès en première instance, le nom d'Abdelhamid Abaaoud était déjà activement recherché en tant que cerveau présumé des attentats déjoués de Verviers en janvier 2015.

Chakib Akrouh et Abdelhamid Abaaoud sont tous deux décédés lors de l'assaut policier de Saint-Denis, cinq jours après les attentats meurtriers de Paris du 13 novembre dernier.

Le procès se poursuivra jeudi prochain avec les plaidoiries de la défense.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK