Coupe du monde: combien les Diables rouges vont-ils rapporter à l'Union belge?

Gagner la troisième place ce samedi après-midi lors de la petite finale de la Coupe du monde tient à la fois du prestige, mais aussi des finances pour l'Union belge de football. Si la quatrième place lui renflouerait ses caisses de 18,6 millions d’euros, une troisième place rapporterait 20,3 millions d’euros. Un bon moyen pour l'Union belge de poursuivre une dynamique d'assainissement de ses finances.

"Le bilan de cette Coupe du monde sera globalement positif et la fédération va dégager de toute façon un bénéfice sur son exercice de cette année, confirme Medhi Bayat, membre du comité exécutif de l'Union belge, au micro de la RTBF. Ce qui est important, c'est surtout de relever qu'il y a beaucoup de choses qui ont changé à la fédération depuis deux ans pour assainir les comptes. Les Diables rouges ont aussi fait des efforts par rapport à leur ancien contrat. (...) Ils ont diminué leurs primes."

>>> À lire aussi : Les Diables et l'URBSFA trouvent un accord jusqu'en 2022

Ces primes restent plus qu'alléchantes. Chacun des 23 sélectionnés est assuré de percevoir une indemnité barémique de 281.000 euros qui culminerait à 313.000 euros en cas de succès sur l’Angleterre. 

Préparer une nouvelle "génération dorée"

La somme empochée par la fédération servirait donc pour moitié à payer les primes des joueurs et du staff. Que reste-t-il pour le reste du monde du football belge et comment utiliser au mieux cet argent ? L'union belge veut miser sur du long terme. Premier objectif, selon Mehdi Bayat : "Assurer une continuité au niveau de la qualité de cette équipe." En clair, il faut donner les moyens aux jeunes joueurs de devenir professionnels un jour. "Aujourd'hui, on parle de 'génération dorée'. Mais le but c'est qu'on ait une génération dorée dans quatre ans, huit ans, douze ans, vingt ans... Pour ça il faut consolider les bases."

Pour y arriver, Mehdi Bayat estime qu'il faudra que l'Union belge travaille main dans la main avec le politique. Et ce "pour qu'on puisse apporter notre soutien aux clubs amateurs et à leurs infrastructures".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK