Comment le sable du Sahara arrive-t-il jusque sur nos voitures?

Certains ont peut-être pu remarquer une fine couche de poussière sur leur voiture
Certains ont peut-être pu remarquer une fine couche de poussière sur leur voiture - © RTBF

Ce jeudi matin, certains ont peut-être pu remarquer une fine couche de poussière sur leur voiture. En réalité, il s’agit de sable venu du désert du Sahara. Et cela a été accentué par le vent qui a soufflé fort cette nuit. Marc Van Diepenbeeck, climatologue à l'Institut royal météorologique, nous explique le phénomène.

Comment se fait-il que du sable du Sahara puisse arriver jusque chez nous?

Le sable peut arriver parce que la dépression qui influence notre temps pour le moment, et qui se trouve à peu près à hauteur du Golfe de Gascogne, amène des courants qui viennent directement du désert du Sahara. Et plus particulièrement de la région située à l’ouest du Sahara, c’est-à-dire le Maroc et l’ouest de l’Algérie. Ces particules sont soulevées par des vents relativement forts qui peuvent exister dans le désert. Arrivées à une certaine altitude, la force les maintient en hauteur. Et lorsque les précipitations arrivent sur notre pays, elles retombent et on les voit alors sur nos voitures.

Donc c’est la pluie qui les fait tomber chez nous ?

C’est la pluie qui amène ces particules sur notre sol. Et cela arrive plus souvent qu’on le pense. Mais pour pouvoir les voir, il faut de petites pluies. Si les pluies sont trop importantes, elles sont lessivées et les particules de sables ne sont pas visibles sur les voitures. Par contre, s’il pleut quelques gouttes et que cela s’évapore ensuite, alors il y a un dépôt sur les voitures.

Cela peut poser des problèmes au niveau de l’environnement ?

Normalement non, c’est quelques chose d’habituel. Et parfois même, lorsque les vents amenaient une sorte d’argile dans la pluie, ces particules venaient plutôt alimenter le sol en en faisaient bénéficier les cultures.

Jérémy Giltaire et Cindy Ferrière

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK