Cosimo Solazzo, impliqué dans l'assassinat d'André Cools, arrêté en Italie

Cosimo Solazzo, impliqué dans l'assassinat d'André Cools, arrêté en Italie, selon les médias locaux
Cosimo Solazzo, impliqué dans l'assassinat d'André Cools, arrêté en Italie, selon les médias locaux - © Tous droits réservés

Cosimo Solazzo, condamné en Belgique pour avoir participé à l’assassinat du ministre d’Etat André Cools en 1991, a été arrêté en Italie.

Contacté par la RTBF, Arnaud Gaspart, le porte-parole des affaires étrangères en Belgique confirme que "Cosimo Solazzo a été arrêté par la police italienne à Veglie, dans la région de Lecce sur base d’un mandat d’arrêt européen émis par la justice belge".

L’avocate générale Marianne Lejeune, en charge de dossier de l’affaire Cools, indiquait un peu plus tôt dans la journée qu’elle n’avait pas encore reçu la confirmation officielle de cette arrestation.

En début d’année, le service international du parquet général de Liège avait renvoyé aux autorités italiennes les éléments repris dans la condamnation de Cosimo Solazzo afin de relancer la procédure.


►►► À lire aussi : Tous les protagonistes de l’assassinat d’André Cools en liberté


Marianne Lejeune précise que, depuis janvier 2004 et la fin du procès à la cour d’assises de Liège, cet "exposé des faits" a été transmis à plusieurs reprises à l’Italie "afin de ne pas lâcher le morceau malgré les difficultés et le temps qui passe".

Cosimo Solazzo était recherché pour "arrestation immédiate" afin qu’il exécute la peine de 20 ans de prisons prononcée par défaut (en son absence) lors du procès. Il avait pris la fuite quelques mois auparavant.

L'homme pourrait purger sa peine en Italie ou en Belgique. Ceci devrait alors faire l’objet d’un accord entre les autorités des deux pays. Cosimo Solazzo pourrait aussi faire opposition au jugement, ce qui ouvrirait éventuellement la voie à un nouveau procès.

Rappel des faits

Libéré en 1997, après 13 mois de détention préventive, Cosimo Solazzo avait pris la fuite peu avant le procès d’assises. "Parce qu’il n’avait plus confiance en la justice belge", disait-il. Et, de quelque part en Italie, il continuait à clamer son innocence.

La prison, il l’avait déjà connue à la fin des années 1970 pour trafic d’armes, menace et recel. A sa sortie, il redevient laveur de vitre. Il crée même sa propre société.

C’est dans un café où il l’habitude de faire des "pauses" qu’il se lie avec d’autres futurs protagonistes du dossier Cools.

Son rôle dans l’assassinat du ministre d’état le 18 juillet 1991? Selon la justice, Cosimo Solazzo a loué le garni où ont été hébergé les deux tueurs tunisiens. Ces derniers ont par ailleurs affirmé qu’il les avait véhiculés lors de repérages.

Il aurait également logé dans les locaux de sa société, Carlo Todarello, l’homme qui a recruté les tueurs.

Archives : Journal télévisé du 17/07/2016

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK