Corruption et fraudes: deux réacteurs nucléaires coréens arrêtés

L'annonce de la Commission de sûreté et de sécurité nucléaire (NSSC) signifie que 10 des 23 réacteurs sud-coréens sont désormais hors service, ce qui fait craindre une pénurie d'électricité pendant l'été, lorsque les climatiseurs fonctionnent à plein régime.

L'énergie nucléaire répond à plus de 35% de la demande électrique nationale.

La NSSC a fermé un réacteur à la centrale de Gori et un à la centrale de Wolseong après avoir appris qu'ils comprenaient des pièces fournies avec de faux certificats de conformité.

Par ailleurs le redémarrage prévu d'un autre réacteur à Gori, mis en veille pour maintenance, et la mise en service d'un autre réacteur à Wolseong, ont été repoussés pour les mêmes raisons.

Les pièces incriminées sur tous ces réacteurs devront être remplacées, selon la NSSC.

Le nucléaire civil sud-coréen a été ébranlé ces dernières années par une série de graves dysfonctionnements, d'arrêts forcés et d'affaires de corruption qui ont mis à mal la confiance du public déjà minée par la catastrophe de Fukushima, au Japon, en 2011.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK