Vingt étudiants d'Inde atteints du variant en Belgique: "Le testing et l'isolement sont vraiment nécessaires"

Vingt étudiants indiens en formation en soins infirmiers à Alost et à Louvain ont contracté le variant indien du coronavirus, écrivent jeudi les journaux flamands Het Nieuwsblad et Het Laatste Nieuws

Les étudiants infectés font partie d’un groupe de 43 étudiants qui viennent dans notre pays pour étudier les sciences infirmières. "Ils sont arrivés à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris le 12 avril ", a expliqué Marc Van Ranst à la VRT. Les étudiants avaient tous été testés négatifs avec un test PCR avant le départ en Inde et à l’aéroport de Paris tout le monde a testé négatif avec un test rapide.

"Puis ils ont été emmenés en bus à Alost et Louvain. Il y avait probablement un super propgateur dans le bus, qui a glissé à travers les mailles du filet et infecté les autres. Cinq jours plus tard, le 17 avril, les premiers élèves sont tombés malades. Ils ont ensuite été testés et des recherches montrent qu’il s’agit de la nouvelle variante indienne".

Dès leur arrivée, ils ont été mis en quarantaine, comme recommandé. Selon Van MarcRanst, il est peu probable qu’ils aient infecté d’autres personnes. " Bien sûr, ils ont eu des contacts avec le conducteur de cet autobus, mais il a donné un résultat négatif. De plus, ils n’ont pas eu de contacts à risque élevé. Dès leur arrivée, ils ont été mis en quarantaine, comme prescrit."

"C’est vraiment une leçon à tirer, commente pour la RTBF Emmanuel André: c’est grâce au test ET à la quarantaine stricte qu’on espère contenir au maximum ce phénomène. Le testing et l'isolement sont vraiment nécessaires pour contenir ces variants en Belgique".

La plupart des étudiants malades présentent des symptômes bénins. " Certains sont bien malades, mais il n’y a personne à l’hôpital. "


►►► À lire aussi : Le variant indien du coronavirus identifié pour la première fois en Belgique


Marc Van Ranst n’exclut pas que plus d’étudiants du groupe tombent malades. Il est donc important que le groupe soit suivi correctement. La quarantaine stricte a été prolongée pour les 43 étudiants. Les élèves peuvent compter sur le soutien nécessaire des écoles.


►►► À lire aussi : Apparition d'un nouveau variant en Inde : faut-il s'en inquiéter ?


 

Plus préoccupant, un certain nombre d’étudiants malades ont été vaccinés avec le vaccin indien et peut-être avec AstraZeneca. " Cela ne semble pas les protéger complètement de l’infection et du développement des symptômes. Nous enquêtons là-dessus"

Les bourgmestres d’Alost et de Louvain suivent de près la situation. Dans les deux villes, la police suit strictement la quarantaine des étudiants. A Alost, 11 des 21 étudiants qui y séjournent sont infectés, à Louvain 9 étudiants sur 22.

En Inde, les hôpitaux se remplissent de patients atteints du virus. Les experts locaux s'inquiètent d'un "variant indien", qui serait plus contagieux et qui rendrait les patients plus gravement malades.

"C’est un variant qui a émergé il n’y a pas très longtemps, commente Emmanuel André quand on l'interroge sur le fait qu'on a laissé venir ces étudiants en Belgique. On a peu de recul, mais quand on regarde les mutations de ce variant, ce sont des variations qui sont liées à des lieux très importants, qui sont liés à un potentiel échappement immunitaire et donc à une plus grande contagion."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK