Coronavirus : un nouveau traitement prometteur déjà très efficace contre le Covid chez les hamsters

Une avancée prometteuse dans la recherche d’un traitement thérapeutique contre le Covid-19. Nous vous en avions déjà parlé, il s’agit d’un mélange d’anticorps issus du Lama et d’anticorps humains. Des chercheurs du VIB, l’Institut flamand de recherche en biotechnologie de l’université de Gand, ont mis au point ce cocktail d’anticorps capable de neutraliser le coronavirus.

Un savant mélange d’anticorps de Lama et d’humain

Un savant mélange d’anticorps issus du Lama et de l’être humain qui a été testé avec succès sur des hamsters, des animaux qui sont malades du Coronavirus comme nous. Les scientifiques leur ont inoculé une forte de dose du nouveau virus.

Johan Neyts, le directeur du Laboratoire de Virologie de la KULeuven nous explique : "On a traité certains hamsters avant qu’ils ne développent l’infection. D’autres ont été traités alors qu’ils avaient déjà développé l’infection. Et dans les deux cas, on a pu observer après quatre jours que la présence du virus chez les hamsters qui avaient reçu les anticorps avait chuté de manière spectaculaire. La concentration en virus était 100.000 fois moins élevée que chez les hamsters qui n’avaient pas reçu d’anticorps".

Un traitement pour éviter les formes graves mais aussi préventif

Ce traitement permettrait, selon ces scientifiques, d’éviter au patient de développer une forme grave de la maladie. Ce qui réduirait aussi le taux de mortalité.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Mais le traitement pourrait même servir à titre préventif comme nous le confirme Nico Callewaert, l’un des deux professeurs responsables de cette étude à l’Université de Gand : "Nous pourrions également utiliser ces anticorps dans d’autres cas. Par exemple, chez des personnes qui ont été en contact avec des personnes infectées et qui ont été alertés par le centre qui assure le suivi des contacts. Aujourd’hui, on ne peut faire qu’attendre de voir s’ils développent des symptômes alors que l’on pourrait leur donner des anticorps pour empêcher qu’ils ne tombent malades".

Ce qui pourrait aussi être très utile pour toutes ces personnes qui travaillent en première ligne. 

Une thérapie complémentaire au vaccin ?

Mais le PDG de la nouvelle spin-off belge, ExeVir Bio, qui vient d'être créée pour mener à bien les suites de ces recherches, voit beaucoup plus loin : "Nous avons de plus en plus de données qui nous montrent qu’une seule dose du vaccin ne nous protégera pas. Vous en avez au moins besoin de deux ou trois", affirme Torsten MummenBrauer. "C’est ainsi que fonctionne le système immunitaire. Et ce que nous pourrions faire avec les personnes à risque, celles qui travaillent dans les hôpitaux, des gens comme ça, c’est leur donner la première dose du vaccin et combiner cela avec une dose de l’anticorps jusqu’à ce qu’ils reçoivent la deuxième dose du vaccin. L’anticorps les protégera déjà".

Et d'ajouter : "J’ai lu ce matin un article très récent en Allemagne où ils ont fait l’analyse des premiers patients hospitalisés pendant la première vague. Et si vous regardez les chiffres des décès vous voyez que cela concerne majoritairement les personnes âgées de 72 à 80 ans, et même au-delà des 80 ans. C’est vraiment horrible ! Et si vous vaccinez ces personnes, vous n’aurez qu’une réponse immunitaire limitée. C’est triste, mais je crois que c’est la réalité. Il faut donc un traitement comme option pour ces personnes pour les prochaines années".

Premiers tests sur l’homme en novembre si tout va bien

Reste maintenant à confirmer l’efficacité et la longévité de ce cocktail d’anticorps pour nous aider à lutter contre la maladie et vérifier qu’il ne provoque pas d’effets secondaires. 

Les 23 millions d'euros que vient de réussir à lever cette nouvelle spin-off devraient les aider à poursuivre ces recherches dans de bonnes conditions. 

Aujourd'hui, le nouveau traitement est déjà en production chez UCB. Le groupe pharmaceutique belge fait partie des investisseurs. 

Si tout va bien, les premiers tests sur l’homme pourraient avoir lieu dès novembre prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK