Coronavirus : testing généralisé suite à la découverte d’un cas du variant sud-africain dans une école d’Arlon

Vendredi 29 janvier, un testing généralisé a été demandé aux enfants ainsi qu’au personnel encadrant d’une école maternelle et primaire d’Arlon. Cette procédure fait suite à la détection d’un cas provenant du variant sud-africain après l’annonce de plusieurs cas Covid dans une classe de primaire de l’école Saint-Bernard.

Les enfants doivent rester en quarantaine tout comme leur bulle familiale, jusqu’aux résultats des tests réalisés. D’autres écoles arlonaises ont été contraintes de fermer des classes en raison de foyers de contagions au coronavirus. Mais dans ce cas, c’est la confirmation d’un cas de variant sud-africain (réputé pour être plus contagieux) qui a poussé la médecine scolaire à prendre plus de précautions en faisant tester environ 450 personnes ce samedi.


►►► À lire aussi : Les experts envoient un signal aux jeunes et préconisent la reprise du sport chez les moins de 18 ans


Cette situation est assez exceptionnelle dans la province de Luxembourg comme le confirme le gouverneur, Olivier Schmitz : "Plusieurs dizaines de classes sont fermées dans la province mais sans fermer entièrement des établissements, sauf à Arlon pour l’école Saint-Bernard". Les résultats du testing généralisé sont attendus demain, dimanche en courant après-midi, "pour que la direction et les autorités prennent ou non la décision de fermer complètement l’école ou certaines classes", explique-t-il.

Des créneaux ont été libérés dans le réseau Vivalia qui compte un hôpital à Arlon afin de mener au plus vite cette opération avant lundi et le théorique retour des enfants en classe.

Un variant encore peu présent mais qui inquiète

Moins présent que le variant britannique, le variant sud-africain inquiète par une plus forte transmissibilité. Comme l’expliquait Simon Dellicour : "Le variant sud-africain est apparu dans un pays où il y a moins de surveillance génomique. Résultat, nous avons moins de données le concernantSa rapide propagation fait cependant craindre elle aussi à une plus grande transmissibilité, d’autant plus que ce variant partage une mutation importante avec le variant qui a émergé sur le sol britannique."


►►► À lire aussi : Coronavirus : avec un variant plus contagieux de 50%, il faudrait que 80% des Belges soient vaccinés


Un premier cas avait été détecté dans notre pays il y a deux semaines en Flandre. Peu après, c’est une quinzaine de personnes infectées par ce variant qui ont été détectées à Ostende.

Depuis deux semaines, plusieurs écoles en Flandre comme en Wallonie ont dû fermer suite à des foyers de contaminations au coronavirus, comme à Ans en région liégeoise. D’autres écoles dans la région d’Anvers, à Edegem et à Kontich ont-elles dû fermer et faire tester massivement suite à la présence du variant britannique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK