Coronavirus en Belgique: les variants sont désormais à l'origine de la majorité des contaminations

Steven Van Gucht : "Le plateau des quatre dernières semaines tient bon pour l'instant"
Steven Van Gucht : "Le plateau des quatre dernières semaines tient bon pour l'instant" - © Tous droits réservés

Ce vendredi 26 février à 11h, le Centre de crise national en charge du suivi de l’évolution de l’épidémie Covid-19 en Belgique tient comme à son habitude une conférence de presse. Au programme : la présentation détaillée des chiffres à jour liés à la situation sanitaire et les dernières recommandations à la population des autorités publiques.

Les statistiques ne sont pas nécessairement évidents à interpréter, car à côté d’une hausse continue des cas détectés depuis huit jours, les autres indicateurs ne montent pas, voire poursuivent une baisse spectaculaire dans le cas des décès quotidiens, qui sont tombés en dessous de 30 par jour (28 décès par jour liés au Covid, soit une baisse de 30% en une semaine).


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique ce 26 février : la hausse continue des cas détectés ne se marque pas vraiment sur les admissions


Lors de la conférence de presse, le virologue Steven Van Gucht voit trois explications pour la hausse du nombre de cas détectés, dont l’arrivée de nouveaux variants dans le pays : "Selon les estimations, 53% des contaminations ont été provoquées par le variant britannique, contre 38% la semaine précédente. En ce qui concerne les variants sud-africain et brésilien, ils représentent respectivement 2,2% et 0,9%."

Il explique également que la population a tendance à moins respecter les règles. Selon les résultats issus du contact tracing, les Belges entretiendraient plus de contacts à risque : "Les Belges ont rapporté en moyenne avoir été en contact avec 3,2 personnes à risque, contre 2,2 en novembre."

Même si le nombre de cas détectés augmente, il ne faut pas céder à la panique, rassure Steven Van Gucht : "Le plateau des quatre dernières semaines tient bon pour l’instant."

Foyers d’infections dans certains hôpitaux

La très légère hausse du nombre d’admissions à l’hôpital ces deux derniers jours pourrait s’expliquer par des clusters(foyers) au sein même des établissements hospitaliers : "On a constaté des foyers d’infection dans certains hôpitaux, cette tendance est plus prononcée à Bruxelles et dans la Flandre orientale, une province qui représente un patient sur cinq en soins intensifs."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK