Coronavirus : "Si la croissance du nombre de cas se poursuit, Bruxelles atteindra le niveau d'Anvers d'ici deux semaines"

Frédérique Jacobs, porte-parole du centre de crise
2 images
Frédérique Jacobs, porte-parole du centre de crise - © RTBF

Le centre interfédéral de crise a tenu ce mercredi une conférence de presse qui faisait le point sur l’épidémie de coronavirus en Belgique. Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en Belgique s'élève à 604,1 par jour en moyenne au cours de la période de sept jours allant du 2 au 8 août, ce qui représente une augmentation de 12% par rapport à la période de sept jours précédente, selon les derniers chiffres mis à jour mercredi par Sciensano.

Suivez cette conférence de presse en direct


►►► À lire aussi : Suivez l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Belgique avec ces graphiques mis à jour


Les nouvelles hospitalisations continuent elles aussi d'augmenter, avec une moyenne de 27,4 admissions quotidiennes entre le 2 et le 8 août (+21%).

"La croissance exponentielle semble interrompue", a commenté la porte-parole Frédérique Jacobs. "Cependant, il est important de préciser que cette moyenne cache d’importantes différences régionales. Dans les provinces d’Anvers, de Limbourg et de Luxembourg, on constate que ces courbes sont en baisse", a-t-elle précisé. "La plus forte augmentation est en revanche observée actuellement dans la région de Bruxelles-Capitale. La moyenne hebdomadaire a augmenté de 57 %. Cette augmentation reste alarmante. On a pu calculer que si cette augmentation se poursuit, Bruxelles atteindra le niveau actuel des infections dans la province d’Anvers d’ici deux semaines. Dans les autres provinces, on note des augmentations comprises entre 20 et 50 %. Ici ce sont principalement les provinces de Liège et de Flandre orientale qui se démarquent chacune avec environ 400 nouveaux cas par semaine".


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


A propos de l'évolution du nombre d'hospitalisations, Frédérique Jacobs constate que c'est le nombre le plus important observé depuis fin mai. "Cela doit nous rappeler que le virus reste dangereux. Même si nous ne sommes pas dans la même situation dramatique qu’en mars ou et avril".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK