Coronavirus : rien ne prouve que le vaccin augmente le risque de caillots sanguins, selon AstraZeneca

AstraZeneca affirme dimanche qu’il n’y a "aucune preuve" que son vaccin contre le coronavirus augmente le risque de caillots sanguins, après que plusieurs pays ont suspendu son utilisation par mesure de précaution.

La société déclare avoir procédé à une "analyse minutieuse" des données disponibles sur les personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca au Royaume-Uni et dans l’Union européenne.

"Environ 17 millions de personnes dans l’Union européenne et au Royaume-Uni ont maintenant reçu notre vaccin, et le nombre de cas de caillots sanguins signalés dans ce groupe est inférieur aux centaines de cas auxquels on pourrait s’attendre dans la population générale", a déclaré la directrice médicale Ann Taylor.


►►► À lire aussi : Vaccination : AstraZeneca annonce de nouveaux retards de livraison au sein de l’Union européenne, quid pour la Belgique ?


"La nature de la pandémie a conduit à porter une attention accrue sur les cas individuels", a-t-elle ajouté.

Selon l’Agence européenne des médicaments (EMA), rien ne démontre un risque d’une plus forte coagulation sanguine chez les personnes vaccinées contre le Covid-19. Les informations disponibles à ce jour indiquent par ailleurs que le nombre de thromboembolies chez les personnes vaccinées n’est pas supérieur à celui observé sur l’ensemble de la population, avait-elle précisé jeudi.


►►► A lire aussi : Bras de fer entre l’UE et AstraZeneca : le groupe prévoit de ne livrer que 25% des vaccins prévus au 1er trimestre


L’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme également qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Journal télévisé 12/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK