Coronavirus : revente de respirateurs sur internet, deux arrestations en France

Coronavirus : revente de respirateurs sur internet, la cybercriminalité en hausse
Coronavirus : revente de respirateurs sur internet, la cybercriminalité en hausse - © SEBASTIEN BOZON - AFP

Deux salariés d’un hôpital privé dans le Val-de-Marne (France), ont été interpellés jeudi 27 mars, "dans la soirée, et placés en garde à vue pour recel de vol en réunion. Les deux hommes sont soupçonnés d’avoir voulu revendre des respirateurs sur Internet, un matériel précieux pour les soignants en cette période d’épidémie de coronavirus. L’un des deux a reconnu les faits" annonce Francetvinfo.


►►► Lire aussi : l’Europe nouvel épicentre de la pandémie, les pays s’isolent face à l’avancée inexorable du coronavirus

►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Une histoire qui commence quand un fabricant de respirateurs remarque une annonce sur le site de vente en ligne Le Bon Coin. L’un de ses modèles qu’il fabrique se retrouve en vente au prix de 450 euros. Dans l’annonce, le vendeur n’hésitait pas à vanter les mérites du respirateur.

La police a interpellé le suspect en pleine transaction. Face aux enquêteurs le suspect a reconnu les faits et a expliqué "qu’il réparait ces respirateurs dans le cadre de son travail et que l’hôpital ne les utilisait plus".

Cybercriminalité, fraudes, vols et contrefaçons

Cette histoire prouve que certains sont prêts à tout en ces périodes difficiles pour ce faire de l’argent.

Les enquêteurs d’Europol ont constaté une augmentation des cas de cybercriminalité, de fraudes, de vols et de contrefaçons, dans un récent rapport.

Celui-ci indique que la vente d’articles de protection contrefaits, notamment des masques, des gels désinfectants et des médicaments, a considérablement augmenté depuis le début de la crise.

En mars, quelque 34.000 masques chirurgicaux ont été saisis lors d’une opération policière mondiale contre les médicaments contrefaits, pointe Europol.

La directrice d’Europol, la Belge Catherine De Bolle, a déclaré que c’était inacceptable. "De telles activités criminelles en période de crise sanitaire sont particulièrement menaçantes et peuvent mettre en danger des vies humaines", a-t-elle précisé. Europol prévoit une augmentation rapide des cas de fraude. "Les fraudeurs ont très vite adapté leurs méthodes et exploitent les craintes et inquiétudes des victimes pendant la crise", indique le rapport.

Sujet du JT du 23/03/2020 - Comment fonctionnent les respirateurs artificiels ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30