Coronavirus : "Renforcer les mesures de confinement est la seule solution", plaident les hôpitaux

Coronavirus : les hôpitaux demandent un renforcement des mesures
Coronavirus : les hôpitaux demandent un renforcement des mesures - © LUCAS BARIOULET - AFP

Les hôpitaux belges ont appelé jeudi midi, dans une communication commune, à renforcer les mesures de confinement. Pour eux, ce n’est plus une option parmi d’autres mais bien "la seule solution pour tenter de limiter l’effondrement de notre système de soins".

"La situation de nos hôpitaux est critique, nos soignants sont à bout et la propagation du virus ne donne aucun signe de ralentissement", soulignent les fédérations hospitalières du pays (Gibbis, Santhea, Unessa et Zorgnet-Icuro).


►►► À lire aussi : A-t-on fermé trop de lits dans les hôpitaux, comme le dit le docteur Houben sur Facebook ?


En effet, 743 patients atteints du Covid-19 ont été hospitalisés sur la seule journée de mercredi, d’après les dernières données de Sciensano, parues jeudi. Il s’agit du nombre d’admissions le plus élevé en 24 heures depuis le début de l’épidémie, alors que le précédent record datait de mardi seulement, avec 690 hospitalisations.

Sur les 5924 patients hospitalisés mercredi pour une infection par le coronavirus – un nombre qui dépasse le pic d’hospitalisations de la première vague enregistré en avril -, 993 personnes étaient prises en charge aux soins intensifs. Les hôpitaux craignent dès lors la saturation de ces services dans les prochains jours.

"Les derniers chiffres de Sciensano sont suffisamment éloquents. […] Monsieur le Premier ministre, Messieurs les ministre-présidents, il n’est plus l’heure de tergiverser", martèlent les hôpitaux.

Mais du côté des politiques, c’est le silence radio

"Douloureux" pour l’activité économique du pays, le confinement est cependant "la seule manière efficace d’empêcher la propagation du coronavirus parmi la population et de ralentir, à terme, le nombre des hospitalisations", estiment les hôpitaux. Cela "peut faire la différence entre la vie et la mort de nos concitoyens, de nos proches".

Pourtant, "c’est comme si nous prêchions dans le désert", déplore Margot Cloet, directrice générale de la coupole néerlandophone Zorgnet-Icuro. "Nous recevons du soutien de la part du monde universitaire, de la société. Mais du côté des politiques, c’est le silence radio."

La directrice pointe en outre la cacophonie créée par les mesures variables prises aux différents niveaux de pouvoir ces derniers jours. "Nous attendons à présent un signal clair, venant non pas de l’un ou l’autre gouvernement, mais de tous les gouvernements, dont ce pays est riche…", souligne-t-elle. "Nous nous dirigeons vraiment vers des situations où les médecins doivent décider qui reste en vie et qui meurt."

Journal télévisé de 19h30 le 29/10 :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK