Coronavirus : qu'est-ce qu'un foyer (cluster) ? Et comment les identifier en Belgique ?

Tout ce que vous voulez savoir sur les clusters et les moyens de les identifier en Belgique
Tout ce que vous voulez savoir sur les clusters et les moyens de les identifier en Belgique - © GUILLAUME SOUVANT - AFP

Les épidémiologistes et les virologues n’ont plus que ce mot à la bouche : "cluster". Mais qu’est-ce qu’un "cluster", ou "foyer" en français ? Il s’agit en fait d’un endroit où les conditions sont favorables pour qu’un malade transmette l’infection autour de lui. Il s’agit de lieux essentiellement fermés, de lieux froids comme les abattoirs par exemple ou de lieux où les gestes barrières ne sont pas suffisamment assurés comme une école.


►►► A lire aussi : Coronavirus : "Il y a une tendance à ne plus respecter les règles, c’est un danger individuel et collectif", rappelle Sophie Wilmès


La contamination peut, cependant, toujours y être circonscrite, comme un quartier, un lieu de travail, une maison de repos. Yves Coppieters, épidémiologiste à l’ULB nous prévient toutefois : "Une fois que les transmissions dépassent la zone du cluster, les risques de propagation sont plus grands car ils sont difficiles à maîtriser. Lorsqu’un cluster est identifié, il faut absolument l’isoler et tester l’ensemble de ses occupants et les mettre en quarantaine au moins sept jours et refaire un test après la quarantaine."

La Belgique met en place les outils pour affiner les zones de cluster

Mais alors que plus de 100 clusters sont actuellement identifiés en France et en Allemagne, la Belgique a beaucoup de mal, selon Yves Coppieters, à identifier le lieu d’origine des transmissions du coronavirus.

Une observation que nuance Axel Legay, professeur à l’UCL et co-pilote de la mise en place de l’application de traçage digital en Belgique : "Nous mettons en place les outils pour que ça change. Nous avons plusieurs clusters identifiés en Belgique, notamment à la mer du Nord, Anvers, ou certaines communes comme Beringen. Mais nous mettons aussi en place des applications internet pour le retour de vacances. Tout Belge rentrant d’une zone rouge, devra déclarer où il s’est rendu et il sera tenu à une quarantaine s’il a séjourné longtemps en zone rouge. Nous pourrons ainsi éviter la dérive des retours de vacances du mois de février dernier et identifier les personnes potentiellement contaminées. "

L’application digitale mise en place en Belgique correspond en grande partie à l’application digitale en Allemagne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK