Coronavirus : payer son loyer est-il toujours obligatoire?

Coronavirus : payer son loyer est-il toujours obligatoire?
2 images
Coronavirus : payer son loyer est-il toujours obligatoire? - © LUDOVIC MARIN - AFP

La fin du mois approche et, si vous êtes locataire, c'est sans doute le moment où vous payez votre loyer. Le coronavirus impose le confinement et la fin de nombreuses activités économiques. Vous avez peut-être perdu une partie ou la totalité de vos revenus. Alors faut-il encore payer son loyer ?

La réponse est oui pour Olivier Hamal, le président du Syndicat national des propriétaires et copropriétaires. Depuis le début de la crise, il a observé que certains locataires considéreraient le coronavirus comme une opportunité pour ne plus payer leur loyer.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Selon lui, pourtant, la majorité des Belges devrait pouvoir assumer ce coût. "La plupart de nos concitoyens, par chance, grâce aux mesures qui sont prises, ne vont pas perdre au niveau de leur revenus donc sont à même de continuer à payer leur loyer et charges. Si maintenant ils avaient des difficultés particulières, il faut contacter le propriétaire, négocier avec lui, mais ne pas oublier que ce locataire de logement continue à occuper les lieux. Donc il n'est pas privé dans sa jouissance, la question, c'est plutôt une question de revenus, détaille M. Hamal. 

Nous demandons un blocage des loyers pendant la crise

Une position que ne partage évidemment pas le syndicat des locataires pour qui "les propriétaires ont été aidé spontanément par le gouvernement. Il en faudrait de même pour les locataires!" Et pour son président José Garcia, "qu'on puisse à tout le moins avoir des facilités de paiement sans risquer évidemment que les locataires ne soient mis à la porte. Et donc ce que nous demandons également, c'est qu'il y ait un blocage des loyers pendant la crise."

Entre ces deux positions bien tranchées, il y a toute une palette d'ajustements possibles.

Locataire fauché, propriétaire solidaire

Car locataires et propriétaires peuvent privilégier le dialogue et chercher une solution ensemble.

Mattia est musicien. Avec le confinement, ses concerts ont tous été annulés. D'habitude, il complète ses revenus avec des ateliers de musique dans les écoles. Mais ça aussi, c'est annulé. Aujourd'hui, il est inquiet face aux échéances de payement qui arrivent... "Peut-être qu'à la fin du mois de mars, j'arrive à payer mon loyer. Mais si je dois payer mon loyer pour le mois d'avril, ça deviendra difficile après pour vivre", s'inquiète-t-il.

Du côté des propriétaires, certains prennent les devants et contactent leurs locataires pour s'assurer qu'ils n'ont pas de difficultés. D'autres vont un pas plus loin et proposent même à leurs locataires de supprimer certains loyers. C'est le cas de David. Il est propriétaire d'un bien mis en location et qu'il rembourse encore. Il a offert à son locataire les deux prochains loyers. "On doit tous faire un effort. Pour ma part, je peux me passer de ces rentrées pendant quelques temps, ce n'est pas de l'argent dont j'ai besoin. Et vu la situation actuelle, autant faciliter la vie de ceux à qui ça va vraiment faire un gros changement plus que quelques centaines d'euros en plus. C'est ma petite contribution."

Ou alors une procédure en justice... qui risque de durer

Et si le dialogue n'est pas possible, le syndicat national des propriétaires et copropriétaires rappelle qu'une procédure devant le juge de paix est possible. Même si, attention, les délais seront plus longs avant d'avoir une audience étant donné que les cours et tribunaux fonctionnent actuellement au ralenti.