Coronavirus : Moderna affirme que son vaccin est efficace contre les variants britannique et sud-africain

C’était la question du moment. Les vaccins actuellement utilisés en Belgique sont-ils efficaces aussi contre les variants du coronavirus avec une combinaison de mutations bien embêtantes ? Il s’agit du variant identifié pour la première fois au Royaume Uni (B.1.1.7) , et de celui identifié en Afrique du Sud (B.1.351). Ils comportent plusieurs mutations sur la protéine de pointe du virus, appelée spike. A cause des picots sur la couronne du virus.

La firme Pfizer associée à BioNtech avait déjà dit que son vaccin à ARN messager était efficace contre le variant B.117 d’origine britannique.

Cette fois, c’est l’autre producteur de vaccin à ARN messager utilisé chez nous, Moderna, qui communique sur base d'une étude (menée par leurs équipes) dont les conclusions sont rassurantes : leur vaccin serait efficace contre les variants britannique et sud-africain. Une communication à replacer dans son contexte : il s'agit d'une étude en "preprint", c'est-à-dire qui n'a pas encore été "peer-reviewed", donc par encore relue par des pairs, pratique obligatoire dans la procédure de publication d'un article, et nécessaire pour prouver la crédibilité des conclusions.

Pas d’impact pour le variant d'origine britannique

Le vaccin de Moderna contre le Covid-19 resterait efficace contre les variants britannique et sud-africain du coronavirus, a annoncé lundi la société de biotechnologie américaine dans un communiqué.

Les experts s’attendent à ce que le vaccin "protège contre les variants détectés à cette date", a-t-elle affirmé au terme d’essais. Moderna a toutefois précisé qu’elle allait travailler à développer une dose additionnelle pour accroître encore la protection contre ces variants.

"L’étude n’a pas montré d’impact significatif sur les titres (niveaux, ndlr) d’anticorps contre le variant B.1.1.7 par rapport à de précédents variants", a expliqué Moderna à propos du variant britannique.

Moindre concentration d’anticorps pour le variant originaire d'Afrique du Sud 

En revanche, "une réduction par six" des niveaux d’anticorps contre le variant sud-africain (B.1.351) a été observée. Mais "malgré cette réduction", les niveaux d’anticorps "restent au-dessus de ce qui est attendu comme nécessaire pour procurer une protection", écrit Moderna.

Pour étudier l’impact de son vaccin, appelé mRNA-1273, Moderna a réalisé des prélèvements de sang sur huit personnes ayant reçu les deux doses de son remède, et plusieurs primates également immunisés.

"Nous sommes encouragés par ces nouvelles données, qui renforcent notre confiance dans le fait que le vaccin de Moderna contre le Covid-19 devrait protéger contre ces nouveaux variants détectés", a déclaré le patron Stéphane Bancel, cité dans le communiqué.

Moderna doit maintenant publier cette étude sur le site de pré-impression de bioRxiv. Elle promet des détails lors d’une conférence téléphonique et une diffusion web à suivre.

Un essai pour un vaccin adapté et un test de 3e dose

"Mais par précaution, […] nous mettons à l’essai un candidat pour un rappel contre le variant" sud-africain, "pour déterminer s’il serait plus efficace pour augmenter les niveaux (d’anticorps) contre ce variant et d’autres futurs variants potentiels", a-t-il ajouté.

L’entreprise va également tester l’impact de l’injection d’une troisième dose de son vaccin déjà existant.

Les résultats des essais, conduits en collaboration avec les Instituts nationaux de santé américains (NIH), seront soumis à l’étude de la communauté scientifique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK