Coronavirus: Marc Van Ranst se montre prudent avec le décompte des décès de ce dimanche

Selon M. Van Ranst, le virus va "rester" et on s'attend à le voir devenir une maladie saisonnière.
Selon M. Van Ranst, le virus va "rester" et on s'attend à le voir devenir une maladie saisonnière. - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le nombre relativement faible de nouveaux décès (huit) enregistrés samedi et communiqués dimanche dans l'épidémie de coronavirus ne signifie pas que le pic de la pandémie est en vue, estime le virologue Marc Van Ranst dans De Zevende Dag. La veille, on avait relevé 30 décès.

"Nous savons que les chiffres ne nous arrivent pas de façon aussi fluide le week-end et nous devons tenir compte du fait que la situation pourrait s'aggraver encore avant de s'améliorer", selon Marc Van Ranst. Il faudra voir comment les chiffres vont évoluer dans les jours à venir. Septante-cinq décès ont déjà été rapportés jusqu'ici en Belgique.

Vers une maladie saisonnière ?

Selon M. Van Ranst, le virus va "rester" et on s'attend à le voir devenir une maladie saisonnière. On travaille actuellement jour et nuit à la confection d'un vaccin. Paul Stoffels de Johnson&Johnson ne l'attend cependant pas avant au mieux 10 mois. "Que cela prenne 10, 12 ou 18 mois, cela viendra. Je suis confiant", indique-t-il. "D'ici la fin du mois, nous saurons quel vaccin nous choisirons de produire mais, en même temps, nous devons être certains à 100% qu'il est sûr."


►►► À lire aussi: Notre dossier sur le coronavirus


Compte tenu de la pandémie mondiale, le chief scientific officer de Johnson & Johnson prévoit que "des centaines de millions, voire des milliards" de vaccins seront nécessaires. Mais ce n'est selon lui pas un problème, au vu de la coopération mondiale entre les gouvernements, les institutions scientifiques et les entreprises. "Nous le pouvons."

Reportage dans notre édition du journal télévisé:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK