Coronavirus : "Les perspectives sont relativement bonnes", souligne Yves Van Laethem

Ce vendredi 23 juillet à 11 heures, le Centre interfédéral de crise en charge du suivi de l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Belgique va tenir sa conférence de presse. Au programme : la présentation des derniers détaillés liés à la situation sanitaire et les dernières recommandations à la population des autorités publiques.


►►► À lire aussi : Vaccination contre le Covid-19 en Belgique : un Belge sur deux est entièrement vacciné, le point en chiffres et graphiques


En résumé

La croissance des nouveaux cas observée début juillet semble ralentir. Dans certaines provinces, ils ont même commencé à diminuer à nouveau, alors que les tests eux sont en augmentation (72.700 + 18%). Mais il s’agit d’être prudent, car le nombre de personnes hospitalisées tend à augmenter. En une dizaine de jours, le nombre de patients est passé de 240 à près de 290 patients Covid-19 dans les hôpitaux. Le nombre de patients en soins intensifs lui ne monte pas, heureusement. Et on reste à moins d’un décès par jour en moyenne.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique ce 23 juillet : plus de 1400 nouveaux cas et moins de un décès par jour en moyenne


Les derniers chiffres

Au cours de la semaine écoulée, il a été recensé une moyenne de 1407 nouveaux cas par jour. Ce qui représente une augmentation de 19% par rapport à la semaine précédente. Cette augmentation était de plus 70%, 80% il y a encore quelques jours.

Dans les hôpitaux, il y a eu cette semaine une moyenne de 26 admissions par jour cette dernière semaine, soit une hausse de 31% par rapport à la semaine précédente. Il y a en ce moment 287 patients hospitalisés en lien avec le Covid-19, dont 83 patients en soins intensifs.

Les chiffres

"Le nombre d’infections et le nombre d’admissions à l’hôpital continu d’augmenter, mais à un rythme heureusement de plus en plus lent", c’est avec ces mots qu’a démarré Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le Covid-19 lors de la conférence de presse de ce vendredi. Et d’espérer que cela signifie la fin prochaine de la flambée de cas de ces derniers jours.

En termes de mortalité la Belgique est l’un des pays qui "performe" le mieux en Europe, a rappelé le spécialiste et d’en conclure : " tout spécialement grâce au fait que nous avons un taux de vaccination particulièrement important et qui a visé tout spécialement les populations à risque, âgées ou avec des comorbidités. Ce qui nous permet d’avoir, dans ce contexte, un net avantage sur notre ennemi, le virus".

Les infections

La plupart des infections actuelles sont diagnostiquées chez les jeunes (adolescents et dans la vingtaine). Un tiers des nouvelles infections ont lieu dans la tranche entre 20 et 30 ans. Cela déteint également sur les autres tranches d’âges avec une petite augmentation dans les tranches d’âges supérieures à 40 ans. "Et on a même, au niveau purement relatif, une augmentation qui paraît impressionnante de 75% chez les octogénaires, mais en chiffres absolus, ceux-ci restent extrêmement peu élevés", précise Yves Van Laethem.

Les infections augmentent dans tout le pays à l’exception d’une petite diminution dans la province de Liège (-3%) et en Flandre orientale (-1%).

Les admissions

Les admissions à l’hôpital ont augmenté de 31%, mais le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le Covid-19 en Belgique rappelle que nous étions dans un contexte avec un nombre d’admissions particulièrement peu élevées. On est passé d’une moyenne de 20 patients hospitalisés par jour la semaine précédente contre 27 actuellement.

Le profil des patients hospitalisés a changé. En ce moment, deux tiers ont moins de 60 ans et l’âge moyen est en dessous de 50 ans. Cela ne veut pas dire que le virus a muté ou est devenu plus agressif vis-à-vis des jeunes, "ça veut simplement dire qu’il y a peu d’hospitalisations et pratiquement plus d’hospitalisations de personnes âgées (quasiment toutes vaccinées)".

L’augmentation des hospitalisations entraîne une augmentation légère de l’occupation des hôpitaux. Avec 287 patients Covid-19 et 83 patients en soins intensifs, ces chiffres (en soins intensifs) semblent avoir atteint un certain plateau actuellement.

Les décès

"Le nombre de décès est de plus en plus bas et on ne peut que s’en réjouir", explique Yves Van Laethem. La semaine dernière, au total, il y a eu 6 décès liés au Covid-19. En ce mois de juillet, on compte déjà 8 jours sans un seul décès à cause du virus. L’âge moyen des décès continus de diminuer et se situe actuellement autour de 70 ans, alors qu’il était de 80 ans lors des trois vagues que la Belgique a connues depuis mars 2020.

Un équilibre délicat

Au niveau du nombre d’infections, la Belgique se trouve à peu près au milieu en comparaison avec d’autres pays européens. "Par contre, nous n’avons pas l’explosion que certains pays connaissent (Pays-Bas et certaines régions de France)". Yves Van Laethem précise encore qu'"il y a encore dans notre pays un équilibre délicat, et c’est tout le problème, c’est qu’il est délicat, entre la propagation du virus et les mesures qui sont encore en vigueur". Pour lui, il est important de surveiller cet équilibre dans les semaines à venir. La campagne de vaccination, même si elle est très performante n’est pas encore terminée. Elle devrait se terminer à la fin du mois de septembre. Actuellement, la moitié des Belges ont été entièrement vaccinés. Les plus fragiles le sont à 88-90%.

Dans ce contexte, "la Belgique a opté pour une approche progressive, avec une évolution graduelle vers une société retournant à la normale", explique Yves Van Laethem. Selon lui, un assouplissement trop rapide des mesures et des règles actuellement en vigueur pourrait entraîner une explosion des infections. Et même si cela ne se traduisait par une augmentation aussi importante des hospitalisations, il y aurait malgré tout une augmentation.

En ralentissant la propagation du virus, la Belgique pourrait éviter que trop de personnes ne tombent malades avant d’être vaccinées.


►►► À lire aussi : Règles au retour de voyages, Covid Safe Ticket… voici les annonces du comité de concertation


Covid Safe Ticket

"Il faut tout spécialement ralentir ce qu’on appelle la super propagation", nous dit Yves Van Laethem. Elle se produit essentiellement dans les lieux où il y a beaucoup de monde "qui éventuellement s’exprime de manière particulièrement bruyante, que ce soit en parlant, en chantant ou en criant" et dans les lieux spécialement clos ou lors d’évènements de masse (y compris en extérieur).

Il est important de veiller à la sécurité des évènements de masse. Lors du dernier Codeco, deux options ont été proposées pour les évènements qui débuteraient après le 13 août. La première mesure consiste à poursuivre toutes les mesures que nous connaissons (distance, bulle et masque). L’autre possibilité est le Covid Safe Ticket qui entrera en vigueur le 13 août pour les évènements en plein air de plus de 1500 personnes. Il pourra être appliqué lors de tests dès la fin juillet.


►►► À lire aussi : L’édition 2021 du Pukkelpop annulée, suite aux incertitudes des mesures corona


Rappelons que le Covid Safe Ticket montre, soit que vous êtes vacciné (2 doses depuis 2 semaines au moins), soit guéri depuis 11 jours et moins de 6 mois d’une infection, soit enfin que vous êtes testé.


►►► À lire aussi : Covid safe ticket: un "pass covid" belge imposé à partir du 13 août pour les événements extérieurs et le 1er septembre pour les rassemblements en intérieur


Précisions pour les tests

Le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le Covid-19 en Belgique a averti qu’il y avait une modification sur la période de validité des tests négatifs à partir du 2 août. Cela veut dire qu’un test PCR ne sera plus valable pendant 3 jours, mais 2 jours. Quant au test antigénique rapide, sa période de validité passe de 2 jours à 1 jour. "Il ne faut pas oublier qu'un test n'est qu'un instantané", a-t-il précisé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK