Coronavirus : les enfants et adolescents sont-ils d'importants vecteurs du virus ? La science toujours incertaine

Coronavirus : les jeunes enfants atteints du COVID-19 pourraient être extrêmement contagieux selon une étude récente
2 images
Coronavirus : les jeunes enfants atteints du COVID-19 pourraient être extrêmement contagieux selon une étude récente - © Lisa Maree Williams - Getty Images

Le taux de matériel génétique du coronavirus détecté dans le nez d'enfants de moins de cinq ans, et symptomatiques, peut être équivalent, voire supérieur, à celui trouvé chez des enfants plus âgés et des adultes, selon une étude américaine publiée jeudi.

145 patients

Entre le 23 mars et le 27 avril, des chercheurs ont mené à Chicago des tests de dépistage avec prélèvement nasal sur 145 patients, souffrant d'une forme légère à modérée de la maladie Covid-19, une semaine après l'apparition de leurs premiers symptômes.

Les patients étaient divisés en trois groupes: 46 enfants de moins de cinq ans, 51 enfants âgés de 5 à 17 ans et 48 adultes entre 18 et 65 ans. L'équipe a observé la présence de SARS-CoV-2 en quantité "10 à 100 fois supérieure" aux autres dans les voies respiratoires des jeunes enfants.

Les auteurs de l'étude ont précisé qu'une étude en laboratoire avait prouvé que plus il y avait de matériel génétique du virus, plus ce dernier pouvait devenir contagieux.

"Par conséquent, les jeunes enfants peuvent potentiellement être d'importants facteurs de contagion du SARS-CoV-2 dans la population", selon les scientifiques.

"Les comportements habituels des jeunes enfants et les endroits clos dans les écoles et les garderies posent la question d'une propagation du SARS-CoV-2 dans cette population à mesure que les mesures sanitaires s'assouplissent", ont-ils conclu.

Charge virale vs capacité de transmission

Les très jeunes enfants pourraient donc être d'importants propagateurs du virus dans la population, selon cette étude parue dans la revue médicale JAMA Pediatrics, une hypothèse allant à l'encontre du discours officiel. Dans les faits, et de manière globale, les enfants et jeunes adolescents sont proportionnellement peu testés positifs au coronavirus par rapport aux autres tranches d'âge : une situation qui est due au fait qu'ils sont majoritairement asymptomatiques, et que la fermeture précoces des écoles les a mieux protégés du virus que le reste de la population.

L'analyse scientifique de cette situation est difficile, les enfants étant sous-représentés dans les tests : il devient alors difficile de déterminer leur capacité d'infection et de transmission. Une étude anglo-allemande de l'équipe du professeur Drosten avait conclu, début mai, que la charge virale n'était pas corrélée à l'âge, et que donc les enfants étaient potentiellement autant transmetteur que les adultes. L'étude américaine va un pas plus loin, en avançant l'hypothèse que les jeunes enfants sont de plus gros porteurs du virus, et donc de possibles transmetteurs.

A contrario, selon une récente étude en Corée du Sud, analysant des données de tracing de près de 60.000 personnes (donc de transmission réelle de coronavirus, et non pas de charge virale, qui est une indication indirecte des capacités de transmission d'une personne), les enfants entre 10 et 19 ans transmettent le virus autant que les adultes au sein d'un foyer, mais les enfants de moins de neuf ans le transmettent moins.

Ces études se rejoignent cependant sur un point : les enfants et adolescents ne semblent pas être moins porteurs du virus, en tout cas quand ils présentent des symptômes, et qu'ils est important de considérer le principe de précaution les concernant.

Les jeunes et le coronavirus, thème abordé dans le point presse du centre de crise, le 20 juillet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK