Coronavirus : les cartes de surmortalité montrent l'effet "tache d'huile" venu du sud de l'Europe

L'évolution de la surmortalité permet de suivre la progression géographique du virus
2 images
L'évolution de la surmortalité permet de suivre la progression géographique du virus - © RTBF

La Belgique a parfois été montrée du doigt pour un taux de mortalité due au coronavirus qui serait particulièrement élevé par rapport à d'autres pays. Le centre de crise et le SPF Santé publique sont revenus ce vendredi sur cette problématique : une confusion se produit régulièrement entre chiffres de mortalité globale et chiffres effectivement déclarés.

Il est difficile de comparer les taux, a expliqué Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral : "La manière de définir un décès dû au Covid diffère d'un pays à l'autre", a-t-il rappelé. Certains Etats ne prennent en compte que les décès survenus à l'hôpital, d'autres, et c'est le cas de la Belgique, y lient des décès survenus en maisons de repos.

Les chiffres belges sont "plus honnêtes"

"C'est l'approche recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. L'OMS a d'ailleurs félicité la Belgique cette semaine d'avoir choisi cette approche".

En outre, une analyse du journal britannique The Economist soulignait il y a peu que les chiffres de mortalité globale sont probablement bien plus élevés que les chiffres déclarés, indique encore le porte-parole interfédéral. Et cite notamment les cas de l'Italie et des Pays-Bas où le rapport serait du double au simple. A cette analyse, les chiffres belges se révèlent les plus proches (102%).

Yves Van Laethem en conclut que "notre manière de déclarer les choses est probablement scientifiquement la plus adéquate et la plus honnête"


►►►A lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Yves Van Laethem présente alors des cartes qui montrent l'évolution de la surmortalité entre la semaine 10 et la semaine 17 de 2020. Au début il y a une surmortalité dans le sud de l'Europe, en Italie et en Espagne, qui remonte ensuite vers la France, la Belgique, les Pays-Bas et une partie de l'Angleterre, avant de gagner notamment la Suède.

A partir de la semaine 16, la surmortalité commence à diminuer petit à petit dans le sud de l'Europe. "Il y a donc vraiment eu un effet tache d'huile à partir du sud de l'Europe, qui a remonté petit à petit dans toute l'Europe de l'ouest", commente-t-il. Les chiffres qui concernent l'Allemagne sont difficiles à évaluer, certains Länder ne déclarent pas les décès.

 

Cette saison de grippe hivernale en Belgique révèle une surmortalité d'environ 9.000 cas, alors que lors d'une saison "habituelle", ce nombre est de 3.000 ou 4.000.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK