Coronavirus : les 12-15 ans souffrant de pathologies sous-jacentes pourront se faire vacciner avec Pfizer en Belgique

Les ministres de la Santé réunis en Conférence interministérielle (CIM) ont décidé ce mercredi d’autoriser la vaccination contre le coronavirus des jeunes de 12 à 15 ans (compris) présentant des facteurs de comorbidité, avec le vaccin de Pfizer-BioNTech.

Le ministre flamand Wouter Beke l’a indiqué en matinée via Twitter, avant que la CIM ne puisse communiquer officiellement sur le sujet.

De son côté, le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke, nous explique que la décision a été prise parce que pour des jeunes entre 12 et 15 avec des pathologies et des comorbidités telles que le diabète, l’asthme, la mucoviscidose ou d’autres maladies rares, il y a un risque accru "de contamination et ou de conséquences graves de la Covid-19. Et donc, ces enfants sont vraiment vulnérables". Pour le ministre "Il est important pour protéger ces enfants de les vacciner". Il y aurait en Belgique, selon une estimation du ministre, de l’ordre de 2000 enfants concernés.

Frank Vandenbroucke précise aussi que la décision a été prise sur base d’un avis favorable du Conseil supérieur de la santé qui recommande de vacciner les enfants entre 12 et 15 ans qui présentent des comorbidités ou des pathologies qui les rendent vulnérables vis-à-vis du Covid-19. "Mais la Taskforce vaccination s’est concertée particulièrement avec les représentants des pédiatres qui sont absolument d’accords sur le fait qu’il faut vacciner ces enfants".

Seuls les médecins pourront déterminer l’éligibilité à la vaccination

Pour pouvoir déterminer quels sont les adolescents qui pourront bénéficier ou non du vaccin, seuls "un médecin traitant ou (généralement le médecin traitant ou le pédiatre) peut déterminer si un jeune est éligible à un vaccin et ce, sur la base de son dossier médical. En outre, une concertation entre le médecin spécialiste/pédiatre, l’enfant et les parents aura lieu. Il est important que le médecin concerné consigne le résultat de cette concertation dans le dossier. La conclusion est clairement consignée, y compris le consentement des parents et du jeune", précise le communiqué de la conférence interministérielle Santé publique.


►►► A lire aussi : Coronavirus : un comité américain se penche sur des problèmes cardiaques chez des jeunes vaccinés


Le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke, précise que les parents qui ont un doute ou qui estime que la procédure prend trop de temps, peuvent aussi contacter leur médecin traitant.

Pour l’heure, seul le vaccin de Pfizer est autorisé par l’Agence européenne du médicament pour cette tranche d’âge.

Concernant la vaccination des adolescents qui ne présentent pas de comorbidités, un avis est attendu, en principe, au début du mois de juillet, ce qui devrait permettre de prendre une décision dans la foulée, note le ministre fédéral de la Santé.

Extrait de notre 13h de ce mercredi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK