Coronavirus : le port du masque également obligatoire à vélo ou en trottinette

Par endroit, le port du masque est également une obligation pour les cyclistes.
Par endroit, le port du masque est également une obligation pour les cyclistes. - © RTBF

Le port du masque est désormais obligatoire dans toute une série de lieux publics extérieurs fort fréquentés. Il l’est pour les piétons qui circulent dans les rues commerçantes. Mais il peut l’être également pour les cyclistes et les personnes sur leur trottinette. Pas d’exception même si à vélo, la traversée se fait plus rapidement qu’à pied.

Impossible de faire le tour de toutes communes. Mais citons quelques exemples. Sur le piétonnier de Bruxelles, où les cyclistes et "trottinettistes" circulent, le port du masque s’impose à tous, comme l’a indiqué sur Twitter David Stevens, chef de la brigade cycliste de la zone de police Bruxelles-Ixelles. Les joggeurs en plein effort devront également se plier à la règle.

Pour rappel, l’obligation est effective dès ce lundi 27 juillet : c’est ce qu’a décidé le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS). Les rues concernées sont le piétonnier et toutes les rues perpendiculaires jusqu’à la Monnaie, une portion de la rue du Midi... La rue Neuve est naturellement concernée, de même que la rue Marie-Christine, à Laeken.

Là aussi, comme nous le confirme David Stevens, le port du masque est une obligation pour les cyclistes. Pas uniquement ceux qui marchent sur le trottoir à côté de leur vélo mais également ceux qui circulent sur la voie carrossable. Ils devront donc, avant de pénétrer dans ces zones, porter un masque. Ils ne pourront l’enlever qu’après les avoir quittées.

A la Côte, le port du masque est une obligation sur toute la digue depuis ce samedi. La gouverneure par intérim de la Flandre occidentale, Anne Martens, a pris cette décision afin d’assurer une cohérence et une conformité entre cités balnéaires. Du coup, comme l’explique la Ville d’Ostende sur son site Internet, "il faut porter un masque à partir de 12 ans, même lorsque vous êtes assis. Ce n’est que si vous mangez ou buvez quelque chose que vous pouvez retirer temporairement le masque buccal." L’obligation vaut "aussi pour les cyclistes, les joggeurs, ceux qui roulent en cuistax…" En revanche, à Knokke, les sportifs et les cyclistes peuvent souffler.

Dans la commune bruxelloise d'Uccle, c'est très clair: "le port du masque s’applique à tous : piétons, cyclistes, utilisateurs de trottinettes, joggeurs…" dans les artères visées dans un arrêté communal (place Saint-Job, rue Vanderkindere, chaussée d'Alsemberg...). Et en cas de non-respect de ces mesures, l’amende s’élève à 250 euros.

Autre localité, appréciation plus nuancée. A Etterbeek, qui impose le masque dans plusieurs zones commerçantes depuis le mois de mai, "l’ordonnance ne prévoit pas clairement le port du masque pour les cyclistes", reconnaît le bourgmestre Vincent De Wolf (MR). Toutefois, sur la place Jourdan, qui est un piétonnier, "là le masque est obligatoire pour tous, cyclistes compris puisque le contact avec les piétons est possible".

A l’inverse, sur la rue des Tongres et autour de Mérode, où se situent de nombreux commerces, "un cycliste ne doit pas porter de masque s’il est sur la voie carrossable. C’est clair : avec ce type de mesures, il faut réfléchir aux cas de figure, il faut éviter les contradictions. Le mieux serait d’imposer le masque partout. Mais pour certaines personnes, les asthmatiques, celles qui sont en plein effort, c’est plus compliqué."

A Charleroi, le port du masque est une obligation dans le centre-ville, au sein des zonings commerciaux, sur les plaines de jeux, notamment. Mais comme l'ont confirmé les autorités, ces dispositions ne s’appliquent pas lorsqu’on pratique un sport ou "lors d’un déplacement à vélo".

Le Gracq recommande le port du masque pour rouler à vélo

On l’a constaté avec le confinement : la pratique du vélo, classique ou électrique, a progressé. Pédaler représente un effort physique de plus ou moins grande intensité. Porter un masque n’est pas l’idéal pour le souffle.

Mais en mai dernier, le Gracq, l’ASBL des Cycliste quotidiens invitait les amoureux du vélo à se couvrir nez et bouche. "A ce stade de l’épidémie, le Gracq recommande le port du masque pour rouler à vélo, surtout en cas de forte densité de cyclistes ou de piétons. La question semble moins prégnante à la campagne ou dans des zones bien dégagées : à chacun de voir et de prendre ses responsabilités. Le vélo doit rester un plaisir." Pour le Gracq, il s’agit de contenir une éventuelle deuxième vague. "Toutes les mesures barrières sont utiles, y compris le masque", ajoute l’association.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK