Coronavirus : le point sur la course effrénée pour un vaccin

Le vaccin serait la seule solution face au coronavirus.
Le vaccin serait la seule solution face au coronavirus. - © DIRK WAEM - BELGA

Trouver un vaccin contre le coronavirus serait, de l’avis général des experts, la seule solution pour sortir de cette crise sanitaire. Le Saint-Graal ou le mouton à cinq pattes, c’est selon. Dans cette course effrénée tout le monde s’y met, petits et grands. Plus de 100 vaccins contre le coronavirus sont actuellement testés.De l'avis de tous, une seule firme sera incapable, à elle seule, de produire assez de vaccins pour 7 milliards d'êtres humains sur terre. Alors, plus nombreux, ils seront, mieux ça vaudra. Entre recherches traditionnelles et innovations, faisons le point.

L’approche classique

C’est l’approche choisie par le géant Sanofi et GSK qui se sont associés pour l’occasionLe premier produit un antigène, une sorte de carte d’identité du virus, tandis que le deuxième réalise un adjuvant. Son intérêt : il permet de stimuler la réponse immunitaire, mais aussi de démultiplier le nombre de doses, et donc d’offrir des vaccins en grande quantité.

L’étude la plus avancée en Europe

La deuxième approche est plus originale. Adoptée par l’Université d’Oxford et la firme Johnson&Johnson, elle consiste à utiliser des vecteurs vivants. Il s’agit d’un virus manipulé génétiquement pour qu’il ne se multiplie plus lorsqu’il est injecté chez le sujet. Par contre, il va exprimer dans les cellules les antigènes qui induisent la réponse immunitaire. Depuis fin avril, l’université d’Oxford réalise une étude clinique sur 800 personnes qui se sont déjà fait injecter ce vaccin et c’est actuellement en Europe l’étude la plus avancée.

Utiliser l’ARN messager du virus

La troisième approche avance vite. Une méthode déjà employée dans le cadre du vaccin contre la rage. C’est celle adoptée par Moderna (firme américaine) et l’entreprise allemande CureVac. L’idée c’est d’utiliser l’ARN messager du virus (acide ribonucléique messager, c’est une copie transitoire de l’ADN, ndlr).


►►► Lire aussi : coronavirus : "On a une chance significative d’avoir un vaccin pour la fin de l’année" (Yves Van Laethem)


Autrement dit, ici, pas d’injection du virus inactivé, pas de protéines virales, non, ce sont les cellules du corps humain qui fabriquent elles-mêmes ces molécules. Comment ? Grâce à l’ARN messager qui est utilisé un peu comme un plan d’assemblage pour produire des protéines et qui va induire la réponse immunitaire.

Moderna a déjà commencé les études cliniques et CureVac commence deuxième semaine de juin ses études cliniques à la fois en Allemagne, mais aussi en Belgique

La plus innovante

la KU Leuven, le laboratoire de virologie Rega met au point un vaccin tout à fait original, il s’agit du vaccin de la fièvre jaune dans lequel ils insèrent des petits morceaux d’autres virus. L’expérience a été menée avec succès avec les virus Zika et Ebola et le laboratoire travaille maintenant sur le Covid-19. Reste à voir s’ils iront aussi vite que leurs concurrents. Le directeur de recherche, Johan Neyts  évoquait un vaccin disponible en milieu d’année prochaine.

Un vaccin d'ici la fin de l'année?

De son côté, le laboratoire allemand Curevac estime pouvoir produire jusqu'à 100 millions de doses de vaccin d'ici la fin de l'année. Jean Stephenne, le Président du conseil de surveillance de CureVac nous évoque un soutien financier nécessaire de la commission européenne pour produire ce vaccin endéans la fin de cette année.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Par ailleurs, si en Belgique, nous serons parmi les premiers à bénéficier de ses tests cliniques, pas sûr que nous disposerons rapidement du vaccin. Selon Yves Van  Laethem, Président de la section "vaccin" et porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, nous sommes un petit pays avec trop peu d'habitants pour espérer bénéficier en primeur d'un vaccin. Nous devons donc négocier dans le cadre d'un marché commun à l'échelle de l'Europe.

Autrement dit, la Commission européenne devra mettre tout son poids financier dans la balance pour obtenir rapidement un vaccin. En attendant, le monde entier attend désespérément un vaccin fiable, efficace, bon marché, facile à fabriquer à grande échelle.