Coronavirus : la République tchèque sollicite l'aide des hôpitaux étrangers

Coronavirus : la République tchèque sollicite l'aide des hôpitaux étrangers
Coronavirus : la République tchèque sollicite l'aide des hôpitaux étrangers - © Gabriel Kuchta - Getty Images

Après avoir longtemps hésité, les autorités tchèques ont sollicité l'aide des pays étrangers pour hospitaliser certains de leurs citoyens atteints du coronavirus. La république d'Europe centrale connaît l'une des pires situations du Vieux Continent.

L'Allemagne, la Pologne et la Suisse ont été invitées à accueillir une douzaine de patients touchés par le Covid-19, a fait savoir vendredi après-midi le ministère de la Santé tchèque.

Les hôpitaux du pays sont saturés et les traitements classiques ne peuvent plus être assurés, selon le ministère. "Nous sommes dans une situation dans laquelle nous ne voulions pas nous retrouver", a commenté le ministre de la Santé, Jan Blatny. Quelques heures avant cette annonce, il avait indiqué qu'il ne considérait pas comme nécessaire de demander une aide étrangère. Mais la pression sur les hôpitaux ne s'est pas interrompue.

Le plus haut taux de nouvelles infections de l'Union européenne

La République tchèque compte aujourd'hui le plus haut taux de nouvelles infections de l'Union européenne, avec plus de 800 cas pour 100.000 habitants sur ces sept derniers jours. Depuis le début de la pandémie, plus de 21.000 personnes sont décédées de la maladie.

Un bonus de quarantaine a même été instauré afin d'inciter la population à respecter cette mesure d'isolement. Le président Milos Zeman a signé une loi vendredi stipulant que chaque employé recevra l'équivalent de 14 euros par jour s'il respecte une quarantaine imposée par les autorités. Ce subside est prévu en supplément au salaire du citoyen ou une éventuelle allocation maladie.

Selon le gouvernement, bon nombre de Tchèques seraient réticents à communiquer le nom de leurs contacts de crainte que cela ne leur occasionne un quelconque préjudice financier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK