Coronavirus : la pénurie de médicaments guette les hôpitaux universitaires européens

Un communiqué de l’Alliance européenne des hôpitaux universitaires, disponible sur le site de l’UZ Leuven, tire la sonnette d’alarme : les hôpitaux sont menacés "par une pénurie aiguë de médicaments essentiels au traitement des patients COVID-19 en soins intensif." Et d’appeler à renforcer la collaboration entre les décideurs régionaux, nationaux et européens, afin d’optimiser la fourniture des équipements médicaux nécessaires au traitement des patients en soins intensifs.

"Sans coopération européenne, il est possible que les grands hôpitaux COVID-19 ne soient plus en mesure de fournir les soins intensifs appropriés dans quelques semaines" insiste le communiqué. "Consciente des efforts" des gouvernements des pays européens afin de freiner la propagation du virus, l’Alliance considère que "nous avons maintenant atteint un point où la coopération et la coordination internationales sont nécessaires et urgentes".

Coopération et coordination internationale

Le personnel soignant européen devait déjà faire face à une pénurie de masques et d’équipements de protection, et au plus fort de l’épidémie en Europe, une étude de l’Alliance des hôpitaux universitaires (EUHA) montre que les stocks de médicaments utilisés pour traiter les patients COVID-19 en soins intensifs sont préoccupants : relaxants musculaires, sédatifs, médicaments antidouleurs seront rapidement épuisés, "de quelques jours à deux semaines maximum, dans les hôpitaux EUHA les plus touchés".


►►► Le coronavirus pourrait compliquer l'approvisionnement de médicaments en Europe


Avec comme conséquence, une adaptation des soins ou des services qui peut mettre en danger le patient. "Cela a déjà conduit certains hôpitaux à acheter des médecines alternatives ou des doses différentes. Il est alarmant que des infirmières ou des médecins en formation soient obligés d’utiliser des médicaments ou des doses avec lesquels ils ne travaillent pas normalement. Surtout si vous savez qu’ils sont déjà surchargés de travail et n’ont pas la routine pour travailler dans ces services".

Parallèlement, des chercheurs continuent activement d’étudier l’utilisation de nouveaux médicaments. L’EUHA appelle également à une coordination européenne pour mener ces recherches et "garantir que le produit est disponible pour ceux qui en ont le plus besoin"."Une approche européenne coordonnée sera également importante pour faire face à la demande mondiale de ces médicaments, qui suivra l’augmentation rapide du nombre de patients atteints de COVID dans d’autres parties du monde."

"L’EUHA appelle donc les gouvernements à entamer une coopération efficace et à coordonner la production et la distribution de ces médicaments essentiels au niveau européen" conclut le communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK