Coronavirus : la mobilité des Belges ne doit plus augmenter, demande le Centre de crise

La mobilité des Belges a augmenté.
La mobilité des Belges a augmenté. - © ERIC LALMAND - BELGA

La mobilité des Belges a évolué : après avoir fortement reculé avec les vacances de Toussaint, celle-ci a repris si l’on en croit les dernières données fournies ce mercredi par le centre de crise, lors de sa conférence de presse.

Sur base des données fournies par les opérateurs de téléphonie mobile, "cette mobilité qui a fortement diminué avec le confinement s’est d’abord stabilisée, puis a repris très récemment", a détaillé le porte-parole du Centre de crise Covid-19 Yves Van Laethem.

Ce n’est pas quelque chose d’illogique

Faut-il s’en inquiéter ? Faut-il craindre que la hausse de nos déplacements ne favorise la circulation du virus, au moment où les chiffres semblent plus favorables ? Tout d’abord, les courbes de mobilité qui croissent, ce "n’est pas quelque chose d’illogique" comme le précise Yves Van Laethem "puisqu’après les vacances de Toussaint (NDLR : prolongées d’une semaine complète jusqu’au 15 novembre inclus), il y a la reprise de l’école et d’un certain nombre d’activités économiques au niveau du travail".

Attention toutefois : "ceci ne doit pas continuer à augmenter puisqu’on insiste sur l’importance de maintenir un maximum de télétravail", pour diminuer les déplacements et les contacts. Cette mobilité doit se stabiliser, insiste Yves Van Laethem, afin qu’aucun impact ne soit enregistré sur les chiffres de contaminations.

Pour rappel, le nombre de contaminations était de 3142 cas quotidiens en moyenne entre le 15 au 21 novembre, soit une baisse de 35% par rapport aux sept jours précédents. Une diminution de 50% des contaminations est enregistrée tous les onze jours.

Un trafic similaire à celui de la mi-octobre

D’autres données viennent-elles confirmer les informations du Centre de crise ? Covidata, base de données ouvertes, reprend les informations trafic de Google. On constate ainsi qu’après un trafic plancher le 11 novembre, jour férié commémorant l’armistice de 1918, la courbe est repartie à la hausse de jour en jour. Et cela concerne toutes les provinces belges, principalement dans le cadre de déplacements professionnels.

Les données montrent que le 20 novembre, nous sommes déjà revenus au niveau du 1er novembre, au surlendemain de l’annonce du reconfinement pour un mois. Les déplacements domicile-travail reculaient déjà fortement depuis la mi-octobre, comme s’en réjouissait le virologue Emmanuel André.

Les déplacements pour des motifs de loisirs n’ont pas repris selon Google et rejoignent des valeurs remontant au premier confinement. Les déplacements à des fins commerciales et en direction des pharmacies ont fortement augmenté jusqu’au 18 novembre mais restent encore sous les valeurs du début du mois.

Les informations fournies par TomTom ne disent pas autre chose, à quelques nuances près. Le lundi 16 novembre, au terme du congé d’automne, le trafic à Bruxelles a fortement repris comme l’indiquent les courbes. A l’inverse, il semble se stabiliser dans d’autres grandes villes européennes, reconfinées ou pas comme Paris, Barcelone, Rome…

Le géant Apple montre cependant d’autres informations. Les déplacements en voiture n’ont pas explosé entre la Toussaint et aujourd’hui. Le trafic de transit a à peine augmenté. Les adeptes de la marche sont cette fois moins nombreux qu’en septembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK