Coronavirus : la mésaventure d’une jeune maman au centre de vaccination du Heysel

Depuis janvier, la priorité des autorités publiques, en Belgique et partout dans le monde, est de convaincre un maximum de personnes de se faire vacciner contre le Covid-19 pour protéger les individus et atteindre l’immunité collective. Exception ou pas, l’aventure survenue à une de nos collègues, mère d’un bébé d’un mois, montre que la souplesse n’est pas toujours convoquée dans les centres de vaccination.

Comparer un bébé et… un chien

On l’appellera Elise. Elle n’a pas coutume de se cacher, ne fût-ce derrière un pseudonyme, mais elle chérit ses premiers mois avec son bébé, au calme, en plein congé de maternité. Va pour Elise. Elle nous explique qu’elle avait pris rendez-vous pour se faire vacciner au grand centre de vaccination du Heysel où elle devait se rendre mardi.


►►► À lire : La task force s’attend à vacciner 80% de la population d’ici fin juillet


A peine arrivée au centre de vaccination, son bébé d’un mois dans les bras, le policier de faction à l’entrée lui explique qu’elle ne peut pas rentrer avec son enfant. "J’explique au policier que mon bébé a un mois, que je l’allaite et qu’il m’est difficile de faire autrement", raconte Elise.

Le policier s’est également interrogé : en cas de malaise après la vaccination, qui va s’occuper du bébé ? Mais pas moyen de le convaincre. "J’ai trouvé le policier particulièrement désagréable. Il m’a même dit que si on acceptait les bébés, on pouvait aussi accepter les chiens avec leur maître ou les meilleurs amis. J’étais choquée", nous confie Elise.

Pas d’interdiction formelle

La jeune femme rebrousse chemin, un peu sonnée. Elle tient à se faire vacciner. La voilà donc occupée à pianoter sur internet et elle s’inscrit pour un nouveau rendez-vous le lendemain, mercredi 16 juin.

Dans l’intervalle, Elise en parle autour d’elle et apprend qu’une maman a pu se faire vacciner au centre de Schaerbeek alors qu’elle s’y rendait avec son bébé. Son sang ne fait qu’un tour. La jeune maman décide ni plus ni moins d’interpeller le ministre bruxellois Alain Maron, via un tweet. "J’espérais que ce soit utile pas uniquement pour moi", nous dit Elise, "mais aussi pour d’autres femmes dans la même situation".


►►► À lire : La vaccination en chiffres et en tableaux


Le porte-parole du ministre rappelle la jeune femme en lui expliquant qu’il n’y a pas d’interdiction formelle et que, même s’il s’agit de respecter les règles, on peut le faire humainement.

Centre de masse ou de proximité ?

Elise repart au Heysel, pour son deuxième rendez-vous, accompagnée cette fois de son compagnon et de ses deux enfants. Ils l’attendront dans la voiture, le temps de la vaccination. "Pas de chance", le bébé fait une "grosse crise de pleurs"…et Elise décide de le prendre avec elle.

Et là, la même scène se répète, non plus avec un policier mais avec un responsable du centre de vaccination du Heysel. "Alors que je lui explique qu’une maman a pu se faire vacciner contre le Covid-19 à Schaerbeek, cette personne me répond que c’est possible dans un centre de proximité mais pas dans un centre de masse comme au Heysel. Mais qu’on nous informe !", poursuit Elise.


►►► Variants du coronavirus : ne dites plus indien mais Delta


Finalement, le responsable en question fera entrer la jeune femme et son bébé par une porte à l’arrière et elle se fera bien injecter une dose de vaccin contre le coronavirus. Elise rentrera chez elle passablement énervée contre cette organisation et nous confie : "On veut vacciner tout le monde mais on ne tient pas compte des situations individuelles. C’est encore les femmes que l’on veut écarter ! "

Une information sera envoyée aux centres

Contactée par nos soins, la porte-parole de la cellule Covid-19 de la commission communautaire de Bruxelles (Cocom), Fatima Boudjaoui, nous précise qu’une réunion s’est tenue ce mercredi soir après l’incident survenu à notre collègue. A l’issue de la réunion, "Il a été décidé de rappeler que nous conseillons aux personnes de venir seules se faire vacciner. Mais ce n’est pas toujours possible comme dans le cas de cette mère et de son bébé ou de mères qui élèvent seules leurs enfants. Nous demandons donc aux centres de vaccination bruxellois, parallèlement à cette règle générale, de faire preuve de souplesse parce qu’il ne faut pas créer de frein inutile à la vaccination contre le Covid-19". Un mail dans ce sens sera envoyé aux centres de vaccination bruxellois.

Elise peut être rassurée. Son coup de sang a permis une mise au point utile, notamment pour toutes les mères qui viennent d’accoucher.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


 

Vaccination: des centres proposent des places sans rendez-vous (JT 17/06/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK