Coronavirus : "L'immunité de groupe n'atteint guère plus de 20%", estime le Centre de crise

En Suède, pas de confinement ni de masque.
En Suède, pas de confinement ni de masque. - © JONATHAN NACKSTRAND - AFP

Il existe au moins quatre manières de lutter contre le coronavirus, a rappelé ce mercredi, lors d’une conférence de presse, le Centre de crise en charge de la lutte contre l’épidémie. Parmi celles-ci, la distance sociale, le traitement, la vaccination et l’immunité de groupe qui ne donne pas encore des résultats encourageants, a commenté Yves Van Laethem, le porte-parole du centre.

Idéalement, il faudrait atteindre, dit Yves Van Laethem, "une immunité de groupe qui soit suffisante pour protéger les plus faibles d’entre nous. Cette immunité de groupe, elle a été estimée" selon différentes études, "entre 60 et 75% des gens qui auraient des moyens de défense, des anticorps, contre le virus".

Un prix lourd à payer

C’est la théorie, selon le Centre de crise. Car dans la pratique, les populations occidentales en sont bien loin. "La réalité de terrain", comme en Suède, où c’est le choix qui a été fait par les autorités, "on n’atteint guère plus de 20%" comme dans la ville de Stockholm.

Les risques à prendre pour atteindre ce seuil de 60 à 75% seraient importants. "Les modèles mathématiques nous montrent que si on veut obtenir cette immunité de groupe, on risque d’avoir un prix lourd à payer en hospitalisations et éventuellement en décès".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK