Coronavirus: l'étude qui montre comment le Belge s'est précipité dans les magasins avant le confinement

Les Belges ont réagi bien avant les premières mesures de confinement.
Les Belges ont réagi bien avant les premières mesures de confinement. - © STRINGER - BELGA

Chaque semaine, 20% du chiffre d’affaires des magasins d’alimentation sont réalisés le vendredi. Mais le vendredi 13 mars dernier, veille de la mise en place des premières mesures de confinement en Belgique, le chiffre d’affaires est passé à près de 30%. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par le bureau d’études de marché GFK, qui analyse nos habitudes de consommation.

Sur base d’informations récoltées auprès d’un panel de 5000 ménages dans le pays, GFK a réalisé une étude qualitative et quantitative. Objectif : comprendre de quelle manière le lockdown prononcé dans notre pays pour endiguer l’épidémie de coronavirus a modifié les comportements dans les grandes surfaces et notamment pour l’achat des FMCG, les "Fast moving consumer goods" ou achats alimentaires.

Le montant du panier en hausse de près de 20%

Les premières mesures sont annoncées le 12 mars par la Première ministre Sophie Wilmès (MR). "Des foules ont été observées dans les supermarchés à la suite de la communication du gouvernement", note GFK dans son analyse. "Mais comment le comportement d’achat réel a-t-il été affecté ? Il semble que les ménages belges se préparaient déjà à un éventuel verrouillage. Ils ont augmenté le montant de leur panier de 19,2%" durant la semaine du 9 mars (onzième semaine de 2020) par rapport à l’année dernière (onzième semaine de 2019).

La semaine du 2 mars, le Belge semblait déjà en alerte et avait augmenté la valeur de son panier de 5,2%. Ses habitudes de shopping étaient également en hausse de 9,2% durant la semaine du 9 mars.

Le comportement d’achat continuera sûrement d’évoluer

Depuis, de nouvelles mesures ont été adoptées avec effet le mercredi 18 mars. "Le comportement d’achat des ménages belges continuera sûrement d’évoluer dans les prochaines semaines", indique à la RTBF Davy Raemdonck, de GFK. "Nous suivons le marché de manière continue. Il est donc prévu une nouvelle analyse sur base des nouvelles mesures mises en place."

Plus de 60% des Belges appliquent les mesures d’hygiène

L’analyse de GFK est également qualitative, on l’a dit. "Nous avons posé des questions supplémentaires à notre panel de 5000 ménages", précise Davy Van Raemdonck. Par exemple ? Est-ce que le Belge se lave plus souvent les mains ? Oui à 67%. Suit-il les instructions d’hygiène rappelées par les autorités ? Oui à 63%.

"Appliquer des mesures d’hygiène appropriées a été l’une des premières réactions des Belges après la propagation du virus. Avec le chômage économique, la fermeture des restaurants et des lieux publics, une autre préoccupation majeure au sein de la population est l’impact que cette crise sanitaire aura sur l’économie belge", précise GFK.

Ce n’est pas tout : 43% des ménages disent désormais éviter les contacts sociaux, près d’un tiers se déclarent préoccupés pour leur santé et un cinquième dit ne plus manger ni boire à l’extérieur.

"Alors que la crise évolue dans le pays, l’impact émotionnel et les préoccupations prioritaires de la population vont également évoluer dans les prochaines semaines."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK