Coronavirus : inquiétudes autour de la désinformation durant la crise

Coronavirus : inquiétudes autour de la désinformation durant la crise
Coronavirus : inquiétudes autour de la désinformation durant la crise - © Peter Dazeley - Getty Images

La crise du coronavirus a fait naître, au moins dans six pays occidentaux, des préoccupations au sujet de la désinformation sur les réseaux sociaux, ressort-il d'une étude des universités d'Anvers et de Zurich. En comparaison avec les autres pays, les Belges semblent par ailleurs satisfaits de la manière dont le gouvernement a géré les événements.

Les chercheurs ont interrogé entre le 16 avril et le 6 mai 7.014 personnes en Flandre, Allemagne, France, Suisse, Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Les répondants sont des utilisateurs des réseaux sociaux, au moins occasionnellement.

"Nous avons sondé les perceptions par rapport aux réactions politiques, à la couverture médiatique et surtout les préoccupations quant à la désinformation" dans ces démocraties, indique Peter Van Aelst, de l'université d'Anvers.


►►► À lire aussi : Notre dossier coronavirus


Il en ressort que plus de deux tiers des citoyens interrogés se disent particulièrement préoccupés par la désinformation. La moitié d'entre eux ont le sentiment d'y être exposés assez souvent.

Les répondants américains sont les plus enclins à réagir à une publication contenant une fausse information au sujet du Covid-19 et donc à contribuer au partage de cette info erronée, tandis que les moins susceptibles d'agir de la sorte sont les Suisses. Les répondants flamands se trouvent au milieu.

Les participants sont en général assez satisfaits de la couverture médiatique sur la crise du coronavirus.

Par contre, des différences apparaissent quant à la gestion de la crise par les autorités. Une majorité de Suisses et d'Allemands estiment par exemple que leur gouvernement a su maîtriser la crise, là où de nombreux Américains et Français sont mécontents. Les répondants de Belgique et du Royaume-Uni se situent entre les deux sur la question.

Une spécialiste explique pourquoi les "fake news" explosent en période de confinement, dans "l'internet show" du 09 mai dernier