Une recommandation à ne pas boire d’alcool après l’administration du vaccin russe "Spoutnik" fait débat

Boire ou se prémunir, il faut choisir : c’est en quelque sorte le message envoyé par Anna Popova, directrice du service fédéral russe de surveillance de la protection des droits des consommateurs, mardi. Cette épidémiologiste a expliqué que les futurs bénéficiaires du vaccin Spoutnik V contre le covid-19 devront observer une période d’abstinence d’alcool, deux semaines avant injection… et pendant les 42 jours qui suivront.

Selon Anna Popova, l’alcool pourrait empêcher le corps de bien développer une immunité au covid-19. "C’est une contrainte pour le corps, précise-t-elle. Si vous voulez être forts et avoir une réponse immunitaire forte, ne buvez pas d’alcool."

Une prescription difficile à encaisser pour les Russes, qui figurent parmi les plus grands buveurs d’alcool dans le monde (15,1 litres par an et par personne en 2010). Surtout en pleine période de fêtes, argumentent les internautes : "boire un coup au Nouvel an, c’est sacré !"


►►► À lire aussi : Maladie grave après un vaccin : le syndrome de la voiture neuve


Alors l’alcool est-il vraiment à bannir pour ceux qui voudraient se faire vacciner ? "Au niveau de l’immunologie fondamentale, il n’y a pas de lien clair entre consommation d’alcool effective et dysfonctionnement du système immunitaire, explique Sophie Lucas, professeure en immunologie et présidente de l’Institut de Duve de l’UCLouvain. La consommation excessive d’alcool est très toxique pour des tas de raison, il affaiblit notamment à long terme les défenses immunitaires. De là à en tirer des conclusions menant à des recommandations par rapport à un vaccin…"

En d’autres termes, il n’existe pas d’éléments scientifiques qui permettent d’affirmer que la consommation d’alcool freinerait l’efficacité d’un vaccin. "Il peut y avoir des spécificités régionales", remarque toutefois Sophie Lucas. Le vaccin Spoutnik V serait peut-être, dans sa composition, plus susceptible d’être influencé par la présence d’alcool dans l’organisme.

Pourtant, le lendemain, c’est le compte Twitter officiel du vaccin Sputnik V qui est venu contredire Anna Popova. "Un verre de champagne n’a jamais tué personne, pas même votre système immunitaire", écrit le compte, reprenant des mots du docteur Alexander Gintsburg, développeur du vaccin.

"Il n’y a certainement pas d’interdiction absolue de l’alcool pendant la vaccination, a déclaré le docteur Gintzburg à la chaîne de télévision RBK. Il s’agit simplement de réduire de manière raisonnable sa consommation jusqu’à ce que l’organisme ait formé sa réponse immunitaire au coronavirus." Le médecin précise d’ailleurs que cela vaut pour tous les vaccins. "La consommation excessive d’alcool peut réduire considérablement l’immunité et donc l’efficacité de la vaccination, ou la rendre inutile du tout, ajoute-t-il. De même, pendant 42 jours, alors que l’immunité au coronavirus se forme, il n’est pas recommandé de prendre des médicaments qui suppriment le système immunitaire."

Sur les réseaux sociaux, la réaction à cette rectification ne s’est pas fait attendre : "Le développeur de Spoutnik V a rejeté l’interdiction de boire de l’alcool. Hourra !" Ah, ces Russes…

La Russie lance sa campagne de vaccination (JT du 05/12/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK