Coronavirus et stages d'été : les organisateurs aux abois

Ce mercredi 13 mai, le Conseil National de sécurité s’est réuni pour discuter des dernières mesures prises pour contenir l’épidémie de coronavirus. Aucune précision n’a encore été donnée concernant l’organisation des stages et des camps scouts. Difficile pour les différents acteurs de continuer ou de s’organiser.

La salle multisport d’Eghezée est vide et risque de le rester une bonne partie de l’été. L’asbl "L'Envol des Loustiques" a décidé d’annuler les stages sportifs prévus : "Comment organiser des stages dans ces conditions ? Avec combien d’enfants ? Dans quels locaux et avec quelle garantie de respecter la distanciation ? s’est interrogé Fabrice Germain. Pour la sécurité de tous, nous avons préféré annuler".Des doutes planent encore pour les autres stages organisés conjointement avec la commune d’Eghezée prévus les autres semaines de l’été mais la seule certitude, c’est justement tout le flou.

L’organisation "ADSL Stages" encadre plus de 20.000 jeunes à chaque période estivale. Ici, les inscriptions courent toujours mais demeurent deux fois moins nombreuses que l’année dernière : "Pour une organisation comme la nôtre, c’est un vrai coup dur car l’été c’est LE moment de notre activité. Nous avons 7 personnes qui travaillent toute l’année pour cela et on ne sait rien, explique Philippe Soleil, son administrateur. Nous ne savons pas si on doit engager les moniteurs, si les écoles qui nous louent leurs locaux vont pouvoir toutes le faire et même si les stages sont organisés, il est illusoire de croire que des règles de distanciation comme celles qu’on impose dans les écoles vont pouvoir être respectées pour des stages avec des enfants de primaire ou de maternelle".

Les scouts aussi attendent

Même incertitude encore pour les camps scouts. Les mouvements de jeunesse ne connaissent pas encore les modalités fixées pour pouvoir ou non organiser des camps "qui ne ressembleront de toute façon pas à ceux des autres années". La fédération "Les Scouts" laisse le choix à chaque unité : "Ils ont la liberté d’annuler ou non pour des questions d’organisation ou de sérénité il vaut mieux prendre une décision plus tôt. Nous avons fourni des supports de réunion pour qu’ils prennent des décisions éclairées en bonne entente avec les parents concernés", explique Adrien Mogenet, le porte-parole.

Avec des organisateurs qui ignorent encore tout, les parents sont invités à prendre contact avec eux afin de vérifier si le stage ou le camp reste maintenu. De son côté, la ministre francophone de la Jeunesse et des Sports Valérie Glatigny travaille avec le secteur et en concertation avec les Ministres flamand et germanophone de la jeunesse afin d’avoir une proposition commune concernant l’organisation des camps scouts. Il reviendra ensuite au Conseil National de Sécurité de se prononcer.

Concernant les stages sportifs, "le CNS devrait aborder de manière globale le sport pour la phase 3. Il reviendra ensuite aux CNS et aux experts scientifiques à se prononcer. Nous espérons une décision du CNS et des experts scientifiques d’ici la troisième semaine de mai au plus tard afin de pouvoir permettre la préparation de ces activités", nous explique son cabinet.