Coronavirus et dexaméthasone : "Nous disposons d'une meilleure connaissance des traitements qui marchent"

Un traitement à base de cortisone, la dexamethasone, a des effets positifs.
Un traitement à base de cortisone, la dexamethasone, a des effets positifs. - © BERTRAND GUAY - AFP

Le nombre de cas de coronavirus en Belgique est en augmentation si l’on en croit les derniers chiffres diffusés ce mercredi par le Centre de crise et Sciensano : 502 contaminations au coronavirus par jour entre le 30 août et le 5 septembre, soit une hausse de 7%. Les hospitalisations augmentent également de +28%.

Mais une question se pose : les malades du coronavirus sont-ils moins gravement atteints aujourd’hui qu’au début de l’épidémie ? Oui, selon le Centre de crise. "Il y a deux points", a développé Yves Van Laethem, ce mercredi, lors d’un point-presse du Centre de crise. "D’une part, les personnes malades et hospitalisées sont essentiellement des gens qui sont plus jeunes que les personnes qui étaient hospitalisées dans la phase du printemps, c’est-à-dire mars, avril, mai. Ces personnes ont un peu moins de pathologies sous-jacentes."

Dexaméthasone

Ensuite, deuxième point, "nous disposons d’une meilleure connaissance des traitements, de ceux qui marchent le mieux. Et on a pu adjoindre maintenant depuis quelques mois ces traitements à base de cortisone, entre autres de dexaméthasone, qui permettent d’éteindre l’incendie provoqué éventuellement par le virus et qui emportait les gens plus fragiles. Cependant il faut dire que pour l’instant nous n’avons pas encore de publications qui permettent d’étayer scientifiquement ce point. Mais c’est un ressenti au niveau de cliniciens au niveau des soins intensifs."

Rappelons que la dexaméthasone est le premier médicament à avoir prouvé qu’il pouvait sauver des malades du Covid-19. Mais il ne doit probablement pas être administré aux patients qui sont aux stades initiaux de la maladie et n’ont pas besoin d’assistance respiratoire, selon les résultats d’un essai clinique publiés à la mi-juillet par l’essai britannique Recovery.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK