Coronavirus en Russie : les supporters belges ont-ils ramené le variant delta après le match Belgique-Finlande à Saint-Pétersbourg ?

Le variant delta (aussi appelé variant indien) va-t-il déferler chez nous emmené en bagages par les supporters belges de retour de Saint-Pétersbourg en Russie ? Une chose est sûre, l’épidémie connaît là-bas une phase exponentielle. Ce lundi, les autorités sanitaires finlandaises ont annoncé que près de 300 supporters finlandais de retour du match de l’Euro Belgique-Finlande à Saint-Pétersbourg ont été testés positifs au Covid-19. Elles recommandent à tous ceux de retour au pays de se faire tester et de respecter une quarantaine de 72 heures après un test négatif.

Tous les regards se tournent aujourd’hui vers les supporters belges revenus, eux aussi, du tournoi à Saint-Péterbourg. Combien d’entre eux sont revenus avec le contagieux variant dans leurs bagages ? Karine Moykens, la responsable du testing en Belgique, avoue ne pas encore avoir de chiffres : "Ces personnes ont dû remplir le PLF (Passenger Location Form) et le présenter à l’embarquement en avion et au retour. S’ils ne sont pas entièrement vaccinés, ils doivent respecter une quarantaine de 10 jours avec un test PCR, le premier et le septième jour. Nous suivons particulièrement ceux qui reviennent de régions très contaminées comme la Russie. Les centres de contact les rappellent à plusieurs reprises pour s’assurer qu’ils respectent les règles."

La situation sanitaire en Russie est de plus en plus alarmante, au point que le pays passera sur la liste des destinations à très hauts risques, selon la Belgique, dès le samedi 3 juillet. 

Des supporters qui n’ont peut-être pas respecté toutes les précautions

Notre collègue Aurélie Didier et son équipe ont accompagné ces supporters en Russie. Elle confirme avoir dû remplir le formulaire et avoir passé, comme son équipe, au retour de Russie, tous les tests PCR et effectué la quarantaine requise. L’équipe a été contactée à plusieurs reprises par des employés du dépistage. Tout s’est fait dans les règles de l’art, ajoute-t-elle.

Mais des supporters belges ont-ils contourné les règles à leur retour de Russie en se procurant de faux documents ? Cette stratégie viendrait en tout cas compliquer le contrôle de la pandémie en Belgique, comme le déplore Karine Moykens. "Nous le regrettons évidemment. Etre citoyen et bon supporter des Diables rouges, c’est aussi remplir correctement les formulaires pour ne pas mettre en danger les autres, les proches, la famille. Mais nous nous rendons compte que beaucoup de gens en ont marre."


►► A lire aussi L’ombre du variant Delta plane sur la Belgique : peut-on lui faire face pour éviter une quatrième vague ?


Et de poursuivre, "si dans les jours qui viennent, on voit augmenter le nombre de contaminations chez les personnes qui reviennent de Russie, on pourra dire que c’est à cause du foot." 

Poursuivre les matchs en Russie, c’est irresponsable ?

Dans un tweet, le microbiologiste de la KULeuven, Emmanuel André, n’y va pas avec le dos de la cuillère : "L’UEFA qui maintient ses matchs en Russie alors que l’épidémie est en progression exponentielle, c’est irresponsable."

Nous avons voulu savoir quels étaient les risques de voir arriver une nouvelle vague de Covid chez nous. Simon Dellicour, épidémiologiste de l’ULB, n’est pas entièrement rassuré : "L’enjeu n’est pas d’éviter l’arrivée du variant Delta chez nous, il est déjà là. La semaine dernière 15% des infections étaient associées à ce variant, cette semaine, c’est 20%. Le défi actuel, c’est de gagner du temps, d’un côté le variant progresse, de l’autre la vaccination aussi. Il faut qu’un maximum de gens aient reçu les deux doses pour être protégés."


►►► L’ombre du variant Delta plane sur la Belgique : peut-on lui faire face pour éviter une quatrième vague ?


Et pour revenir à l’Euro de football, "ce n’est donc pas stratégique sur le plan épidémiologique, de réimporter maintenant des chaînes de contaminations supplémentaires de ce variant Delta par des personnes infectées de retour de zones où le virus circule fortement (ndlr, la Russie par exemple)."

Pour notre expert, il y a deux solutions. Ou bien, il n’y a pas de supporters qui se rendent là-bas pour assister aux matchs. Ou alors, les autorités s’assurent que le supporter de retour de Saint-Pétersbourg ne ramène pas le contagieux variant en question dans ses bagages.

Sujet de notre 19h30:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK