Coronavirus en Pologne : la vodka de contrebande en renfort des désinfectants

La vodka artisanale provenant de distilleries clandestines pourrait être réquisitionnée.
La vodka artisanale provenant de distilleries clandestines pourrait être réquisitionnée. - © YURIY DYACHYSHYN - AFP

En Pologne, près d’un demi-million de litres de vodka de contrebande et d’alcool pur produit illégalement pourront être utilisés comme désinfectant dans la lutte contre le coronavirus, a annoncé ce vendredi le parquet national.

Les services des douanes et du fisc gardent au moins 430.000 litres de vodka et d’alcool pur, frelaté ou non, qui ont été soit saisis pour servir de preuves dans des procédures judiciaires, soit confisqués à la suite de ces procédures.

Au lieu d’être détruits, plusieurs milliers de litres ont d’ores et déjà été remis aux services intéressés pour servir à la désinfection de bâtiments, de locaux et de moyens de transport.

Plusieurs services servis en vodka

Ainsi, les pompiers d’Olsztyn, dans le nord-est de la Pologne, ont reçu 1000 litres d’alcool pur, tandis que trois hôpitaux, deux à Olsztyn et un à Elblag, en ont reçu au total 2500 litres, a déclaré à l’AFP Marta Rosiak, porte-parole de l’administration des douanes de cette région, qui voisine avec la région russe de Kaliningrad.

Cette opération sera poursuivie dans les prochains jours au profit également de la police, des gardes frontières et de l’administration publique.


►►► Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus

►►► Lire aussi : Coronavirus : comment faire son gel désinfectant chez soi ?


Le produit de distilleries clandestines

Des distilleries clandestines, artisanales ou industrielles, sont fréquemment démantelées en Pologne, notamment dans le nord-est du pays. Elles produisent du "bimber", une vodka artisanale populaire dans les campagnes et nettement moins coûteuse que leur équivalent produit légalement.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK