Coronavirus en Irlande : le gouvernement durcit son confinement

Coronavirus en Irlande : le gouvernement durcit son confinement
Coronavirus en Irlande : le gouvernement durcit son confinement - © PAUL FAITH - AFP

L’Irlande a annoncé mercredi durcir pour au moins un mois le confinement partiel instauré la semaine dernière, face au taux d’infection qui augmente "exponentiellement" selon le Premier ministre Micheal Martin.

"Nous devons retourner à un confinement complet à grande échelle pour une période d’au moins un mois", a annoncé M. Martin dans une allocution télévisée, qualifiant la situation "d’extrêmement grave".

A partir de mercredi minuit, les Irlandais "devront rester chez eux, sauf pour se rendre au travail, pour l’éducation ou d’autres raisons essentielles", a-t-il indiqué, expliquant qu’il serait désormais interdit de se réunir entre foyers, à quelques exceptions près, comme les petits mariages ou enterrements.

Les écoles restent ouvertes, les commerces ferment

Face à une augmentation de 61% des cas de contamination en une semaine, le Premier ministre a aussi décidé de fermer à partir de jeudi soir les commerces non-essentiels ainsi que les salles de sport, qui étaient restés ouverts dans la première version allégée du confinement, annoncé le 22 décembre. "Nous ferons tout ce qu’il faut pour supprimer ce virus", a-t-il affirmé, estimant que le nouveau coronavirus "connaît actuellement une croissance exponentielle". Les écoles resteront cependant ouvertes, mais le nouveau trimestre commencera trois jours plus tard que prévu, soit le 11 janvier.

L’Irlande avait initialement annoncé réinstaurer jusqu’au 12 janvier un confinement, mais avec des aménagements : les coiffeurs avaient dû fermer à partir du 24 décembre, tout comme les restaurants et les pubs qui ne font pas à emporter, mais les commerces non-essentiels avaient pu rester ouverts, tout comme les salles de sport.

Ces mesures ne sont désormais plus adéquates, selon le Premier ministre, en raison d’une hausse des contaminations dans toutes les tranches d’âge et "d’une forte augmentation du nombre d’hospitalisations". Micheal Martin a par ailleurs indiqué prolonger jusqu’au 6 janvier la suspension des liaisons aériennes avec la Grande-Bretagne, décidée pour éviter la propagation de la nouvelle souche de coronavirus.

L’Irlande, qui compte environ cinq millions d’habitants, a enregistré 2226 décès depuis le début de la pandémie et plus de 90.000 cas de contamination.

La situation en Irlande

Déclaration de Micheal Martin, premier ministre irlandais (30 décembre -anglais)

Traduction de Micheal Martin, premier ministre irlandais : "Nous devons appliquer des pauses au mouvement et aux interactions physiques dans tout le pays. Nous devons revenir à des restrictions de niveau 5 à grande échelle pour une période d'au moins un mois." -
"À partir de ce soir, aucun visiteur n'est autorisé dans les maisons ou les jardins privés, sauf s'il s'agit de soins à des enfants, des personnes âgées ou vulnérables, ou s'il fait partie d'une bulle de soutien. Aucun rassemblement familial ne doit avoir lieu dans quelque cadre que ce soit. Il y aura une exception pour les mariages où jusqu'à six invités seront autorisés et les funérailles où jusqu'à dix personnes en deuil seront autorisées. "
"Vous devez rester chez vous, sauf pour les déplacements à des fins professionnelles, éducatives ou autres, ou pour faire des exercices dans un rayon de cinq kilomètres de votre domicile. Tous les commerces non essentiels et les salles de sport fermeront demain, à la fermeture des commerces. " -
"Toutes les analyses de santé publique montrent que les écoles sont sûres et que les écoles rouvriront, mais avec un léger retard, le 11 janvier. En prolongeant cette pause de trois jours, les nouvelles restrictions que j'annonce ce soir, seront en place pendant plus de dix jours, lorsque les écoles ouvriront. Les familles auront eu l'occasion de s'assurer que leurs contacts ont été réduits au minimum avant que les enfants ne retournent à l'école."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK