Coronavirus: La Réunion et la Martinique reconfinées, situation "dramatique" en Outre-mer

Tour de vis important en Outre-mer: La Réunion et la Martinique s'apprêtent à reconfiner face à la hausse fulgurante des cas de Covid-19 et une situation qualifiée jeudi de "dramatique" par Jean Castex qui regrette les "rétifs à la vaccination".

Alors que les hausses de cas de Covid-19 dues au variant Delta se concentraient ces dernières semaines, en France  métropolitaine, principalement dans les zones touristiques - littoral atlantique et côte méditerranéenne -, le gouvernement juge aussi la situation épidémique "inquiétante" dans le Grand Est, notamment dans le Bas-Rhin et chez les jeunes.

Et, à deux jours de nouvelles manifestations qui s’annoncent plus importantes que celles de samedi dernier (plus de 160.000 personnes) contre l'extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire, le gouvernement continue de vouloir convaincre.

"La vaccination est absolument indispensable", a martelé le Premier ministre français devant des élus du Lot-et-Garonne à la mairie d'Agen, évoquant les pays qui "rêveraient de se vacciner mais qui n'y ont pas accès et où la pandémie fait des ravages.

"Rien ne vaut la preuve par l'exemple", a-t-il ajouté dans un souci de dialogue et de pédagogie, après le discours très ferme d'Emmanuel Macron le 12 juillet, en rappelant aussi que le gouvernement avait déclaré la veille "l'état d'urgence sanitaire dans un certain nombre de territoires d'Outre-mer où la situation est dramatique car ils sont rétifs à la vaccination".

Depuis mercredi, la Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy sont venus rejoindre La Réunion et la Martinique qui étaient déjà en état d'urgence sanitaire depuis le 13 juillet.

Témoignages d'habitants et de touristes à Fort-de-France (29/07)

"Différence nette" entre vaccinés ou non

Or, "il y a vraiment une différence nette, visible entre les populations qui se vaccinent et celles qui ne se vaccinent pas", a affirmé Jean Castex.

Victime du variant Delta et très peu vaccinée, La Réunion renoue avec un confinement partiel en journée "dès ce week-end" et pour deux semaines, "renforcé d'un couvre-feu strict de 18H00 à 5H00", une première depuis le confinement du printemps 2020, a annoncé jeudi le préfet de La Réunion Jacques Billant.

"De 5H00 à 18H00, les déplacements sont limités à un rayon de 10 km autour de son domicile du lundi au samedi" et ce rayon est "abaissé à 5 km le dimanche", a précisé M. Billant, soulignant que les Réunionnais pourront uniquement "aller et venir, dans un rayon de 10 km, dans les magasins" où le masque doit être porté en continu.

Sur l'île, le taux d'incidence atteint 350 cas pour 100.000 habitants et le taux de posivitité "grimpe à près de 10%", a-t-il détaillé, estimant que "cette forte dégradation est annonciatrice d'un emballement épidémique que nous n'avons jamais connu jusqu'à maintenant".

La directrice générale de l'ARS Martine Ladoucette a elle regretté la faible vaccination sur l'île où à peine trois personnes sur 10 sont entièrement vaccinées contre plus de 5 sur 10 au niveau national.

Même problématique en Martinique où la campagne de vaccination ne décolle pas et où à peine 15% des Martiniquais sont entièrement vaccinés. Un confinement sera mis en place à partir de vendredi 19H00 (23H00 GMT, samedi 01h00 à Paris) pour une durée d'au moins trois semaines.

"Freiner le virus apparaît d'autant plus urgent que la population martiniquaise est moins immunisée, globalement plus âgée, et donc plus fragile, que celle des régions où le Covid-19 a davantage circulé et où le taux de vaccination est plus important", a souligné le préfet Stanislas Cazelles lors d'une conférence de presse.

Au point que l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) s'est dit "prête" à recevoir "très rapidement" des patients antillais.

En métropole, la directrice générale de l'ARS du Grand Est, Virginie Cayré, a évoqué "un pic de circulation virale pour les 20-29 ans" à 352 cas pour 100.000 habitants.

Elle a prévenu que "si le virus continue à circuler de cette manière" dans cette région, elle serait "probablement amenée (...) à prendre d'autres mesures", en plus du port du masque rendu de nouveau obligatoire dans les lieux soumis à pass sanitaire.

Confirmant une tendance à la hausse, 91 personnes ont été admises en soins critiques dans les dernières 24 heures, portant à 1015 le nombre de malades en soins critiques et 7236 celui des personnes hospitalisées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK