Coronavirus en Espagne : quelle est la raison de la flambée des contaminations ?

Plusieurs zones de l’Europe sont passées en rouge pour la Belgique, on parle de la quasi-totalité du Portugal et de l’Espagne. En seulement deux semaines, la situation sanitaire s’est dégradée sur le territoire espagnol. Le rythme des contagions a rapidement augmenté ces derniers jours. Jeudi, on a même enregistré plus de 17.000 cas en Espagne, avec un taux d’incidence pour 14 jours à 277 cas pour 100.000 habitants. Et pour les moins de 30 ans, ce taux en question quadruple. Mais quelle est la raison de cette flambée de contaminations ?

C’est le variant Delta qui est derrière à cette hausse de contagions. Pour le docteur Pierre Malchair, originaire de Liège et directeur des urgences de l’un des plus grands hôpitaux de Barcelone, les raisons de cette reprise de l’épidémie sont bien identifiées.

La fin du port du masque en Espagne

L’une des raisons avancée, c’est la fin du port du masque obligatoire. Depuis le 26 juin, il ne faut plus porter le masque dans les espaces publics. Une autre raison avancée par l’expert, c’est la période estivale qui est animée par de nombreuses fêtes pour diverses occasions comme la fin d’études, les réunions de groupe ou encore la fête de San Juan. L’une des autres cause supplémentaires à cette hausse de contagions, c’est l’autorisation d’organiser des festivals. Qui dit festival, dit masse et pour le docteur Pierre Malchair, ça aggrave les choses surtout quand les chiffres démontrent très clairement que ce sont les moins de 40 ans et encore plus, les moins de 30 ans qui sont les personnes contaminées aujourd’hui.


►►► À lire aussi : Voyages en Europe : la Belgique (sauf Bruxelles) reste en vert, mais la quasi-totalité du Portugal et de l’Espagne passe en rouge


Et évidemment, sans surprise, l’hôpital dans lequel Pierre Malchair travaille à Barcelone a noté un regain d’activité. "Dans mon hôpital, par exemple, au niveau des urgences, le nombre de cas avait diminué énormément. On était dans des chiffres très bas et maintenant, ça s’est multiplié par quatre ou cinq. C’est fort préoccupant".

La stratégie de vaccination un peu plus lente qu’en Belgique

Une autre raison avancée par le médecin porte sur la stratégie de vaccination. Comme la Belgique, le gouvernement a respecté un protocole strict par classes d’âge. Cette vaccination des moins de 30 ans vient tout juste de commencer. Conséquence, les jeunes se contaminent plus. Cependant les hospitalisations n’augmentent pas tant que ça puisque les plus de 50 ans sont tous vaccinés ou presque. 

Nouveau coup dur pour l’économie du pays

Avec cette reprise de l’épidémie, plusieurs pays, dont l’Allemagne et hier encore la France, ont recommandé de ne pas se rendre en Espagne. C’est un nouveau coup dur pour l’économie du pays. Mais sur place, les autorités se veulent rassurantes.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Espagne : retour des restrictions en Catalogne, les agences de voyages belges "pas sereines"


"La Catalogne est une destination touristique sûre. Nous avons mis en œuvre des protocoles sanitaires anti-Covid solides dans le secteur et nous n’avons pas identifié de nouveaux cas dans le secteur touristique spécifiquement. Il est vrai que dans les derniers jours, il y a eu plus de nouveaux cas en Catalogne que les semaines précédentes, qui se concentrent surtout sur la population non vaccinée, donc plutôt des citoyens et citoyennes jeunes, et qui ne se traduisent pas en davantage d’hospitalisations ou de réanimations", explique Daniel Camós, le délégué du gouvernement catalan à Paris.

Et pour rappel, si vous revenez d’une zone rouge, et que vous n’avez pas de certificat de vaccination ou de certificat de rétablissement ou d’un test PCR récent, vous devrez vous faire tester au retour le premier ou le deuxième jour. Si votre test est négatif, vous pourrez alors quitter la quarantaine. Par contre, évidemment, si vous avez un certificat de vaccination ou de rétablissement, vous n’avez pas besoin d’être mis en quarantaine ou de subir des tests de retour d’Espagne.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK