Coronavirus en Belgique : Yves Van Laethem invite les Belges à signaler les symptômes liés au Covid-19 à leurs médecins

Alors que la Belgique vient de passer le cap des 9000 décès liés au coronavirus ce samedi, Yves Van Laethem le porte-parole du centre interfédéral contre le Covid-19 était l’invité du JT de 13 heures de la RTBF.

En plateau, le Dr Van Laethem a commenté cette barre "symbolique" des 9000 morts dans notre pays : "C’est un chiffre important, c’est au moins trois fois plus qu’une grippe particulièrement agressive. C’est probablement sept à huit fois plus qu’une grippe classique".

La Belgique est pratiquement le seul pays où l’on a des chiffres exacts

Malgré ce chiffre important et un classement mondial du nombre de morts où la Belgique pointe en septième position malgré sa petite taille, Yves Van Laethem veut le relativiser : "La Belgique est pratiquement le seul pays où l’on a des chiffres exacts. C’est-à-dire à avoir des chiffres qui reflètent ce que l’on appelle la surmortalité. On sait qu’à toute période de l’année il y a une certaine mortalité dans la population, tous les pays ont vu qu’il y avait plus de morts que normalement à cause du Covid et si on fait la différence entre ce total de morts et le nombre de morts Covid déclarés, eh bien pour la Belgique ça tombe exactement au même chiffre".


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Cela indique pour le virologue que les chiffres d’autres pays comme l’Italie, l’Iran ou d’autres pays sont "sous-estimés". Une sous-évaluation du nombre de morts qu’il estime à 20 à 30% pour certains pays comme l’Angleterre, voire jusqu’à 40 à 50% pour des pays comme l’Italie, l’Autriche ou les Pays-Bas.

Quel bilan du tracing après presque une semaine ?

Parmi les mesures qui entourent le déconfinement progressif en Belgique, il y a le tracing. Ce dispositif vise à détecter les cas de coronavirus potentiels par l’analyse et la prise de contact avec des personnes qui ont été potentiellement exposées à des personnes détectées positives au Covid-19. Le dispositif est actif depuis ce lundi 11 mai avec des call centers mis en place pour contacter les personnes potentiellement en contact avec le virus. Mais quel bilan tirer de cette première semaine d’opérations ?

"Le tracing débute, et donc il est assez normal que le volume d’appels soit encore relativement limités. On parle pour la partie wallonne de l’ordre de 400 appels. On a suffisamment de monde pour l’instant manifestement puisque 100% des demandes sont 'répondues' donc il n’y a pas de choses qui traînent pour l’instant", détaille le Professeur Van Laethem qui invite la population, "qui est le point de départ", à signaler ses symptômes aux médecins.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : certificat de quarantaine, formulaire pour retracer ses contacts… Voici ce que l’on sait déjà sur le "tracing"


Ces call centers ne peuvent fonctionner qu’avec la collaboration des citoyens insiste Yves Van Laethem. "Si les citoyens ne demandent pas à leurs médecins : 'est-ce que ce symptôme est un symptôme suggestif', on ne pourra pas avancer". Les symptômes comme la perte d’odorat, une fatigue intense ou une diarrhée qui persiste doivent donc faire l’objet d’un échange avec votre médecin. "Téléphonez deux fois, c’est mieux qu’une fois trop peu", conclut le porte-parole du centre interfédéral de la lutte contre le Covid-19.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK