Coronavirus en Belgique : vous faudra-t-il un pass, ou être propriétaire pour aller à la côte cet été ?

Coronavirus en Belgique : vous faudra-t-il un pass, ou être propriétaire pour aller à la côte cet été ?
2 images
Coronavirus en Belgique : vous faudra-t-il un pass, ou être propriétaire pour aller à la côte cet été ? - © Elisabeth Schmitt - Getty Images

S’il devient un peu plus évident chaque jour que cet été nous ne pourrons pas ou très peu sortir du territoire national. Il devient urgent d’organiser les vacances des Belges et les questions sont nombreuses à ce stade. La question qui fait débat à la côte en ce moment est de savoir comment accueillir les touristes cet été. Vous faudra-t-il un laissez-passer pour être autorisé à venir sur la plage ou loger dans une commune côtière ? Voilà une question évoquée ce vendredi sur le site de nos confrères de la VRT.

On y apprend que les bourgmestres côtiers sont en train de travailler sur la question. Comment faire pour accueillir des personnes supplémentaires à la côte belge, tout cela dans le respect de la "distanciation sociale" ?

"Nous allons devoir y penser", a déclaré le virologue Steven Van Gucht à l’émission Terzake, "comment pouvons-nous nous organiser pour que les gens puissent toujours avoir du temps libre ou des vacances, sans que tout le monde soit au même endroit en même temps ? Nous devrons être créatifs".

Les propriétaires d’abord ?

Bart Tommelein (Open Vld), bourgmestre d’Ostende veut donner la priorité aux résidents et aux personnes qui paient des impôts pour une résidence secondaire : "Les habitants d’Ostende paient des impôts. De plus, il y a des résidents qui paient une taxe de seconde résidence. Cela me semble être les premiers à avoir droit à la plage." Selon le bourgmestre, "il y aura un besoin d’une sorte de police de plage cet été".

Son collègue de la commune voisine de Middelkerke, Jean-Marie Dedecker (LDD), n’est pas d’accord : "Tout le monde reste le bienvenu sur la côte. Mais mon père a toujours dit, quand vous venez, vous gardez de bonnes manières. Utilisez votre bon sens. Mais les gens sont confinés déjà depuis si longtemps qu’ils ont besoin d’espoir maintenant, ils veulent pouvoir jouer dans l’eau et profiter de l’iode de l’air marin. Et nous voulons leur donner cela".

Daphné Duméry (N-VA), le maire de Blankenberge, était auparavant sur la ligne de Dedecker : "La côte n’est pas un festival : nous n’avons pas une seule entrée, où nous pouvons nous tenir avec un comptoir. Nous ne pouvons tout pas simplement fermer les accès".

La bourgmestre veut surtout une solution uniforme pour toute la côte : "Les gens se promènent à Knokke-Heist le matin, et viennent dîner à Blankenberge l’après-midi. Et le soir, ils voudront peut-être aller à De Haan. Trois systèmes différents ? Cela signifierait aussi beaucoup de paperasse pour nous et pour les touristes".

Il y a aussi peu d’enthousiasme parmi les autres bourgmestres de la côte pour un système avec des pass pour accéder aux plages. "Nous pouvons y penser", explique Bram Degrieck (CD&V), bourgmestre de La Panne. "J''espère que les décisions seront prises par le gouvernement fédéral, et non par les bourgmestres".

Son collègue de Nieuport, Geert Van den Broucke (CD&V) pense que des règles seront nécessaires, "nous avons donc besoin de clarté".

Le bourgmestre de Bredene n’est pas non plus en faveur d’un système de cartes ou de pass, déclare Steve Vandenberghe (sp.a) : "Ce n’est pratiquement pas faisable. Ce serait une meilleure idée d’annuler tous les grands événements en bord de mer cet été. Cela donnera à nos policiers plus le temps de vérifier le respect des mesures qui seront prises".

L’Association des bourgmestres côtiers se réunira par téléconférence ce vendredi après-midi, et le sujet sera discuté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK