Coronavirus en Belgique : une aubaine pour les cybercriminels, gare aux faux sites

Depuis le début de l'épidémie on constate une augmentation de faux sites internet en lien avec le coronavirus.
Depuis le début de l'épidémie on constate une augmentation de faux sites internet en lien avec le coronavirus. - © Westend61 - Getty Images/Westend61

Les hackers se sont très vite adaptés au coronavirus. Vite et bien même. Cette période trouble pendant laquelle notre consommation d’internet explose est une aubaine pour les cybercriminels. "Certaines personnes essayent de profiter de cette situation", tranche ce mercredi, Benoit Ramacker, porte-parole du centre de crise.

De faux sites web

Selon le centre belge pour la cybersécurité (CCB), on constate une augmentation " du nombre de noms de domaine qui ont été achetés avec un lien vers le coronavirus et en particulier un lien avec l’achat de masques buccaux", explique Benoit Ramacker.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


L’objectif de ces noms de domaine c’est, semble-t-il, de créer de faux sites web et ainsi être en mesure de récolter des données, notamment.

Quelques conseils

Pour éviter de se faire avoir et de se retrouver dépouillé sur son compte en banque, hacker et dans l’impossibilité d’utiliser son ordinateur à moins de verser une rançon ou encore de voir ses données personnelles pillées, quelques bonnes pratiques sont essentielles. C’est le CCB qui les livre :

  • Gardez votre esprit critique avant d’effectuer un achat en ligne : " si l’offre semble être trop belle pour être vraie, c’est qu’il y a vraisemblablement un piège", affirme le porte-parole du centre de crise. Qu’est-ce que vous risquez : soit, par exemple, que ce que vous avez commandé n’arrive jamais ou bien qu’il s’agisse de contrefaçon.
  • Contrôlez le nom de domaine : un site internet de vente en ligne en bonne et due forme doit avoir quelques éléments de base indispensable. "Il doit toujours indiquer son nom, son adresse et son numéro d’entreprise. Si ces données ne se retrouvent pas sur le site web alors il vaut mieux ne pas utiliser ce site", indique Benoit Ramacker.
  • Gare aux attaques phishing : les attaques phishing, c’est ce qui permet à un hacker de trouver la clé pour entrer dans votre espace numérique. Comment ça fonctionne ? En envoyant, principalement par mail mais pas seulement, des liens "piégés" et en vous poussant à cliquer dessus. Une fois que vous cliquez sur ce type de lien, vous donnez aux hackers "l’autorisation" d’entrer dans votre ordinateur. Et les techniques des hackers sont de plus en plus sophistiquées et utilisent des ressorts pour vous pousser à cliquer : la compassion, le sentiment d’appartenance ou encore en générant du stress. On parle d’ailleurs de techniques d' "ingénierie sociale".

►►► Lire aussi : coronavirus en Belgique : les hôpitaux, une cible de choix pour les cybercriminels ?


 

Explosion de l’utilisation d’internet

Avec les mesures de confinement imposées, le télétravail a été massivement en place en Belgique. Pour beaucoup ce sont donc de nouvelles habitudes de travail qui se développent. Conséquence, pointe Benoit Ramacker, "nous utilisons internet de manière beaucoup plus intensive, pas uniquement pour travailler, mais aussi pour rester en contact avec nos proches". C’est la raison pour laquelle, plus que jamais, les cybercriminels sont actifs. C’est aussi la raison pour laquelle il est important de rester vigilants.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK