Coronavirus en Belgique : "Nous suivons les prévisions les plus optimistes", se réjouit Yves Van Laethem

"Aujourd’hui, nous n’avons que des bonnes nouvelles à vous annoncer, tous les indicateurs continuent dans le même sens vers la diminution des différents chiffres", a d’emblée annoncé Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19 en Belgique, ce mardi 18 mai lors la désormais traditionnelle conférence de presse du Centre de crise. Décès, contaminations et hospitalisations sont au vert et cette évolution jugée "positive" par l’épidémiologiste devrait se poursuivre.

Alors que les chiffres chutent chaque jour un peu plus, donnant à la population la perspective d’une très attendue réouverture de plusieurs secteurs début juin comme annoncé à l’issue du dernier Comité de Concertation, l’écho est le même du côté des autorités sanitaires. Va-t-on alors vers la réouverture tant attendue pour le 9 juin ? "Nous devrions avoir moins de 500 patients en soins intensifs à la fin du mois de mai", a répondu Yves Van Laethem. Ce cap symbolique, sorte de clé qui ouvrira les vannes pour la réouverture de plusieurs secteurs pourrait donc être franchi avant la date évoquée par le gouvernement. "Le 9 juin, on pourrait avoir moins de 400 patients hospitalisés en soins intensifs", a-t-il précisé.

La vaccination et la prudence des Belges saluées

Mais alors, pour quelle raison les courbes de l’épidémie pointent-elles inlassablement vers le bas depuis plusieurs semaines, pour le bonheur de ceux qui sont lassés par les mesures sanitaires ? "Cette évolution positive, on la voit en grande partie grâce à l’évolution de la campagne de vaccination elle nous permet actuellement de couvrir 91% des plus de 65 ans par une dose de vaccin", explique l’épidémiologiste. La campagne s’est d’ailleurs élargie, pour les Wallons, aux personnes entre 18 et 64 ans ce 17 mai.


►►► À lire aussi : Vaccination contre le Covid-19 en Wallonie et à Bruxelles : à qui le tour maintenant ?


Mais le nombre de doses administrées aux Belges, seul, ne permet pas d’expliquer entièrement cette évolution positive des indicateurs. Yves Van Laethem évoque aussi la prudence maintenue dans de nombreux foyers du pays. "Des études psychologiques, sociologiques montrent que de nombreuses personnes sont encore extrêmement prudentes dans l’application des assouplissements, dans l’extension de leurs contacts et qu’elles limitent leurs contacts proches", félicite-t-il.

Il estime que tenter "d’éviter une contamination" en attendant d’être vacciné pour étendre ses contacts et ses activités est une bonne stratégie à adopter. "C’est une attitude réfléchie car le virus continue de circuler."

L'impact des vaccins sur les chiffres

Pour étayer son propos, le spécialiste en Médecine interne du CHU Saint-Pierre qui fait désormais partie du quotidien des Belges a à nouveau déployé les chiffres de l'épidémie, qui laissent transparaître l'impact de l'avancée vaccinale dans le pays. "Actuellement la majorité des hospitalisations se fait chez les quadragénaires et les quinquagénaires, qui forment 39% de ces admissions, a-t-il développé. Chez les personnes de 20 à 30 ans ce chiffre tend aussi à augmenter, ils forment 14% des admissions."

Alors qu'ils ont occupé la pôle position en termes d'hospitalisations, les seniors semblent désormais faire partie de la marge. Les plus de 80 ans ne représentant désormais plus que 16% du total des personnes pris en charge dans les hôpitaux belges pour cause de Covid. qui est remarquable c’est que chez les personnes âgées, les plus de 80 ans, la proportion a fortement diminué, ils ne représentent plus que 16% des admissions.


►►► À lire aussi Nouvelles mesures de déconfinement : Une "vie plus normale est à portée de main" estime l'épidémiologiste Marius Gilbert


"Nous voyons aussi chez une tranche d’âge qui a été vaccinée plus récemment, les gens qui ont dans la soixantaine et la septantaine une diminution des hospitalisations qui tombe maintenant à 29%. Cela reste un pourcentage important mais on s’attend là aussi à avoir une diminution constante." En cause, la couverture de plus de 9 Belges de plus de 65 ans sur dix par au moins une dose de vaccin.

Avec une moyenne de 25 décès par jour lié au coronavirus la semaine dernière, les nouvelles sont aussi "rassurantes" selon Sciensano. "Cette diminution est la plus importante chez les plus de 75 ans et c’est donc dans la tranche des 65-75 ans qui n’avait pas eu l’occasion d’être vaccinée lorsqu’ils étaient infectés il y a quelques semaines, que l’on constate le plus grand nombre de décès."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK